Il devait remplacer Mervyn Babajee, détenteur de la ceinture intercontinentale chez les 67 kg et qui vit désormais en France. Au final, Facson Perrine, jeune Rodriguais de 20 ans seulement, a honoré la confiance placée en lui par la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA). Dimanche dernier au Gabon, il a remporté la ceinture en dominant le Gabonais Anguy Assoumou devant son public. Dans quelques mois maintenant, Facson Perrine remettra sa ceinture en jeu, tout en empochant une belle prime de 2 700 euros (environ Rs 108 000).
Pour le principal concerné, cette victoire lui a fait le plus grand bien surtout en marge des Championnats du monde de la World Association of Kick-Boxing Organization (WAKO) de septembre prochain au Brésil où il vise une médaille. Au delà de sa victoire de dimanche dernier, Facson Perrine s’est réjoui de la confiance placée en lui. « Je remercie Judex Jeannot, le président Jérémie Rousseau, les membres de la fédération, mes amis, le Dr Allen Naraidoo, ma maman et ma famille, et tous ceux qui m’ont accueilli chez eux, notamment la famille Nagamah et Rousseau », a-t-il d’emblée déclaré.
Récent médaillé d’argent à la Coupe du monde en Hongrie, Facson Perrine a indiqué que la fédération et tous ceux qui croient en lui peuvent compter  sur lui. « Cette victoire au Gabon n’est pas la mienne, mais celle de ma maman, de la fédération et de tous ceux qui ont toujours cru en moi », a-t-il ajouté. Selon lui, le combat face à Anguy Assoumou a été très intense et il avoue avoir écouté les consignes de l’entraîneur national, Judex Jeannot, en ne donnant aucun répit à son adversaire. « Il n’y a pas eu de round d’observation des deux côtés. il n’empêche que j’étais très motivé et déterminé à remporter ce combat », a-t-il expliqué.
Selon lui, tout s’est joué dans la tête et ce, grâce à une grosse préparation psychologique avant le combat. Au final, Facson Perrine s’est imposé après trois round à la suite de la disqualification de son adversaire. Le combat était programmé sur cinq round de trois minutes. Pour sa part, l’entraîneur national aussi s’est  réjoui de la victoire de Facson Perrine. Il dira même que le tireur s’est très bien ressaisi après sa médaille d’argent à la Coupe du monde. « Facson avait beaucoup d’envie. Il était très motivé, déterminé et surtout très discipliné. On sentait que cette ceinture l’intéressait beaucoup », a fait remarquer Judex Jeannot.
Ce dernier a ajouté que cette victoire chez les professionnels va le mettre davantage en confiance en attendant les Championnats du monde au Brésil. « Déjà à la Coupe du monde, Facson avait commencé à prendre confiance après sa victoire par K.-O face à un Biélorusse en quart. IL avait ensuite battu un Russe avant de perdre pendant les dernières secondes en finale face à un autre Russe. C’est pour dire que c’est un jeune de 20 ans qui continue à gagner en maturité. Il va falloir continuer dans ce sens pour gagner davantage en expérience », a indiqué Judex Jeannot.
Pour l’entraîneur national, la victoire de Facson Perrine mérite d’être saluée dans la mesure où il était le plus jeune parmi les professionnels présents au Gabon. « Facson est en train de se ressaisir pour redevenir ce qu’il a été auparavant. C’est de bon augure en vue des Championnats du monde. » Certes, ces championnats seront compliqués, mais Judex Jeannot estime qu’avec le travail et le sérieux, Facson Perrine a la capacité de progresser encore plus. « Facson est entré dans le milieu professionnel et il aura certainement encore d’autres combats valables à faire. Ce qui l’amènera à progresser davantage. De plus, il a déjà empoché 2 200 euros et devrait obtenir 2 700 euros pour son prochain combat. Ce qui demeure une source de revenue très motivante pour un boxeur »
Pour revenir au combat de dimanche dernier, Judex Jeannot a dit craindre l’arbitrage. Toutefois, grâce à la tactique mise en place, Anguy Assoumou a été surpris, tout comme son public. « L’adversaire faisait déjà quatre kilos de plus que Facson. Il n’empêche que Facson lui a été supérieur dans tous les domaines. Il a respecté les consignes qui étaient de diriger le combat et de ne pas laisser de répit à l’adversaire. Facson a été très puissant dans ses coups. Assoumu a été surpris et la suite a été plus facile. Du reste, l’adversaire s’est tellement accroché à Facson au troisième round qu’il a été disqualifié », a conclu l’entraîneur national.