Deux semaines après sa médaille d’argent à la Coupe du monde de la World Association of Kick-Boxing Organization (WAKO), le Rodriguais Facson Perrine met le cap cette semaine sur le Gabon où il participera à un combat pour décrocher la ceinture intercontinentale. Il sera opposé au Gabonais Anguy Assoumou (71 kg) dans la catégorie des 67 kg et devrait être, selon toute probabilité, sur le ring ce samedi soir. A noter que Facson Perrine sera accompagné de l’entraîneur national Judex Jeannot et quitte le pays ce mardi matin pour être de retour le 12 courant.
Le détenteur de cette ceinture intercontinentale n’est autre que le Mauricien Mervyn Babajee qui avait, en juin 2006, battu le Français Michael Lallemand, à Port-Louis. Le démarche pour contacter le Mauricien, vivant désormais en France, n’ayant pas abouti, la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) a ainsi décidé de déléguer le Rodriguais Facson Perrine (63.5 kg) pour défendre cette ceinture. Une décision qui a d’ailleurs été acceptée par la WAKO.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Facson Perrine pourra aborder ce combat dans les meilleures dispositions, dans la mesure où il rentre tout juste de la Coupe du monde en Hongrie. Qui plus est, le Rodriguais a enregistré une victoire psychologique face à un Russe en demi-finale avant de tomber ensuite face à un autre Russe. Il n’empêche que selon Judex Jeannot, Fascon Perrine, qui menait à quelques secondes du combat, a commis des erreurs, alors que la victoire était déjà en poche.
Pour Facson Perrine, il n’est surtout pas question de commettre les mêmes erreurs. « La compétition en Hongrie s’est bien passée, mais c’est vraiment dommage que je laisse filer la victoire à quelques secondes de la fin seulement. Je suis déçu, mais c’est le sport. Je dirai même, pour positiver, que je suis content de ne pas être rentré les mains vides », a-t-il déclaré. Il a ajouté être psychologiquement remis de cette défaite et avoue avoir repris les entraînements avec beaucoup de détermination. « Il est très important de passer très vite à autre chose. Je ne baisse pas les bras et je suis déjà concentré sur mon prochain objectif qui est cette ceinture intercontinentale », a-t-il fait ressortir.
Cette première au Gabon sera prise avec beaucoup de sérieux, a avoué Facson Perrine. Il a ajouté que c’est un nouveau défi qui s’offre à lui et qu’il s’agira maintenant de bien aborder ce combat, afin de conserver toutes ses chances. « L’objectif est de remporter la ceinture. Je ne boxerai pas en 63.5 kg, mais en 67 kg. Cela ne me pose pas de problème et dans ma tête, je suis prêt pour aller au combat », a-t-il souligné.  
Pour l’entraîneur national, les entraînements ont repris sérieusement lors de la semaine écoulée. Il n’empêche, a-t-il souligné, que les conditions entourant ce combat ne sont toujours pas connues, notamment en ce qui concerne la durée de ce combat. « C’est que le combat sera dure. Nous sommes habitués à boxer en trois rounds de deux minutes, alors que là, pour un combat professionnel, ça peut monter jusqu’à dix rounds de deux minutes. Ce que je n’entrevois pas. A la rigueur, on peut espérer disputer un combat sur cinq rounds de trois minutes », a-t-il déclaré.
Une belle prime de participation
Selon Judex Jeannot, des changements tactiques ont été nécessaires, afin de permettre à Facson Perrine d’arriver au Gabon dans les meilleures conditions. « C’est sûr que les données changent. Car là, il faudra savoir bien gérer ses ressources. Mais je suis sûr que Facson s’adaptera facilement à ces nouvelles exigences. Il a des qualités propres à lui et il va falloir aussi qu’il se reprenne. Facson possède, de plus, un gros volume d’entraînement. Cela ne lui posera donc pas de problèmes. Il suffira de bien gérer les efforts », a-t-il ajouté.
Pour l’entraîneur national, ce combat demeure une très belle opportunité pour la suite de la carrière de Facson Perrine. Rien qu’en acceptant de participer à ce combat, il empoche la coquette somme de 2 200 euros (environ Rs 80 000). « C’est une occasion à saisir. S’il gagne cette ceinture intercontinentale, il aura encore d’autres opportunités. Facson a énormément de qualités, mais il faut qu’il soit beaucoup plus sérieux dans ses ambitions », a-t-il fait ressortir.
Revenant sur la performance de Facson Perrine à la Coupe du monde, Judex Jeannot est d’avis que si le tireur avait respecté les consignes, il aurait été médaillé d’or en Hongrie. « Sincèrement, je trouve que Facson est mieux qu’en 2012, mais pas meilleur  qu’en 2011 où il avait remporté l’or à la Coupe du monde, aux Championnats d’Afrique et médaillé de bronze aux Championnats du monde. Pour moi, Facson n’a pas progressé. C’est malheureux de le dire, mais c’est comme ça. Et il le sait », a fait ressortir Judex Jeannot.