Le kick-boxing mauricien a pu tirer son épingle du jeu au cours de la quatrième édition des championnats d’Afrique de kick-boxing par l’entremise de Facson Perrine. Après l’élimination de Boris Brissonnette mercredi et celle de Burtlan Simiss hier après-midi, le représentant mauricien dans la catégorie -63,5 kg demeure seul dans la course pour l’obtention d’un nouveau titre continental. Il disputera donc sa troisième finale dans cette compétition demain soir face au Congolais Piloué Mouké au Palais des Sports de Yaoundé au Cameroun.
En demi-finales hier soir, Facson Perrine retrouvait sur sa route le Gabonais Ella Assoumou, soit un adversaire qu’il avait dominé sans coup férir pour l’obtention de la ceinture intercontinentale en juin de l’année dernière. Même si le Gabonais a fait montre de progrès évidents, il n’en demeure pas mois que Perrine a su faire valoir son expérience pour faire pencher la balance en sa faveur. Cette victoire acquise à l’unanimité des juges lui permet maintenant de croiser le fer avec Piloué Mouké, qui a créé une certaine surprise en venant à bout du Malgache Christophe Rababany, ce dernier étant arrêté par l’arbitre en raison d’une blessure à l’arcade sourcilière au troisième round.
Dans le camp mauricien, on reste toutefois prudent sur cette finale. « Le Congolais demeure un inconnu. S’il a pu atteindre la finale, cela veut dire qu’il possède un certain potentiel. Donc, nous préférons ne pas nous aventurer, même si Facson partira avec la faveur des pronostics », souligne l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Ce dernier demeure sous le choc de la défaite de Burtlan Simiss en demi-finales, surtout face au Malgache Christian Menervol, qu’il avait dominé en octobre de l’année dernière aux championnats du monde au Brésil. « Cela a été une véritable gifle. Cette défaite est incroyable, surtout que Burtlan était le tireur mauricien le mieux préparé », avance-t-il. Même sentiment d’incompréhension pour Jérémie Rousseau, président de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées. « Je suis à la fois déçu et étonné. Je lui avais parlé hier matin et il faisait montre d’une telle détermination ».
Au bout du compte, Simiss, médaillé d’or à la Coupe du Monde et vice-champion du monde, devra cette fois se contenter de la médaille de bronze chez les -51 kg. Selon les renseignements obtenus, le Malgache aura gagné son combat grâce à des low-kicks répétés, alors que le tireur mauricien a trop évolué en contre. Il restera donc à Facson Perrine de remettre les choses au point demain soir.