En novembre 2013 au Brésil, Fabrice Bauluck et James Agathe avaient écrit l’histoire en devenant les premiers tireurs mauriciens champions du monde seniors de kick-boxing. Deux ans après en Serbie, les voilà prêts à relever un nouveau défi afin de maintenir leur suprématie dans les catégories -54 kg et -81 kg respectivement. Burtlan Simiss, vice-champion du monde en exercice chez les -51 kg, sera avide cette fois de connaître les joies de la consécration, tandis que Boris Brissonnette, engagé chez les -71 kg, tentera de prouver qu’il n’est plus l’homme des occasions ratées.
C’est une délégation mauricienne confiante en ses possibilités qui a mis le cap sur la Serbie mercredi dernier. Le temps de s’adapter à une température qui avoisine les 10°C, ils seront fixés quant à leurs adversaires respectifs au cours du week-end ou au début de la semaine prochaine. Celui qui devrait avoir la partie la plus ardue demeure Boris Brissonnette car 21 tireurs sont déjà engagés dans sa catégorie.
Mais, l’entraîneur national, Judex Jeannot, croit que son poulain pourra aller cette fois jusqu’au bout de son rêve. « Le Boris de 2015 est nettement mieux que le Boris de 2013. Toutefois, il ne doit pas se mettre beaucoup de pression dans sa volonté d’émuler ses coéquipiers », remarque Judex Jeannot.
De son côté, James Agathe devrait logiquement débuter la compétition dès le stade des huitièmes de finale. Avec déjà 16 inscrits, la course au podium s’annonce intense dans cette catégorie des -81 kg. Cependant, Judex Jeannot croit dans “la classe” de celui qui a toujours brillé sur l’échiquier international depuis son retour au kick-boxing.
L’entraîneur national estime également que Fabrice Bauluck partira grand favori pour décrocher un deuxième titre chez les seniors.  « Il faudra être très fort pour le battre », pronostique-t-il. Par contre, il possède quelques appréhensions concernant Burtlan Simiss, en se demandant s’il a véritablement récupéré de sa blessure à l’orteil. « Il est moralement très fort et revient graduellement à son meilleur niveau. Cela suffira-t-il ? Cela paraît compliqué ».
Les quatre tireurs ont livré une dernière séance d’entraînement lundi dernier et seront bel et bien accompagnés de deux entraîneurs. François Savriacouty a été finalement du voyage, ayant pu bénéficier du soutien de deux commanditaires, à savoir la Mauritius Commercial Bank et La Sentinelle. Un plus pour le moral du groupe sur lequel beaucoup d’espoirs sont portés.
« Deux nouvelles médailles d’or, c’est dans le domaine du possible. Avec un brin de chance, les quatre tireurs pourraient se retrouver sur le podium. Il ne sera certainement pas question de revenir les mains vides », soutient Judex Jeannot.