On attendait les principaux postulants à la qualification pour les championnats du monde de kick-boxing et ils ont été exacts au rendez-vous. Les championnats nationaux low-kick, disputés samedi dernier au gymnase 1er-Février à Roche-Bois, ont ainsi auguré de belles perspectives pour Fabrice Bauluck, Burtland Simiss et James Agathe. Absent lors de la Coupe du Monde en mai dernier, Boris Brissonnette, de par sa prestation de samedi dernier, peut également s’inviter au rendez-vous mondial au Brésil.
Le clou de la soirée aura été indéniablement le duel opposant Bauluck à Simiss, soit les deux médaillés d’or de la dernière Coupe du Monde. Bien qu’évoluant dans une catégorie supérieure, Simiss a tenu tête à son valeureux adversaire pour finalement s’incliner aux points. Néanmoins, les deux tireurs ne se sont pas ménagés tout au long du combat, notamment lors d’un dernier round de folie au cours duquel Fabrice Bauluck a su varier ses attaques pour forcer définitivement la décision en sa faveur.
« Ce n’est que vers le milieu de la première reprise que j’ai retrouvé mes sensations. C’est un défaut que je compte corriger, car aux championnats du monde, il ne s’agira pas de gérer mais de cogner du début à la fin. Il faudra donc un énorme travail physique, basé sur la résistance et l’endurance pour être à 200% de mes capacités », soulignera celui qui s’était retrouvé sur la deuxième marche du podium lors de la dernière édition des Mondiaux.
De son côté, James Agathe livrait son premier combat local depuis son retour dans cette discipline. Bien qu’étant d’un niveau inférieur, Davis Bheekarry aura eu le mérite d’avoir tenu les trois rounds face à un adversaire qui n’a pas réellement forcé son talent. « C’est dommage que je fais face à un manque de sparring-partners à Maurice. Un stage avec des combattants de calibre ne pourra que m’aider en vue de mes objectifs futurs », laissera entendre James Agathe.
Quant à Boris Brissonnette, il ne pouvait rêver de meilleur présent pour son 25e anniversaire. Son adversaire, Chandiren Armoogum, sera compté en deux occasions, avant que son coin ne jete l’éponge. « J’étais stressé au début, mais j’ai changé mon style de boxe au deuxième round en utilisant davantage les poings. Cela a porté ses fruits et ce succès me met davantage en confiance dans le cadre de ma préparation en vue des championnats du monde. Une échéance pour laquelle je m’investis actuellement à fond, car je demeure conscient de ne pas avoir droit à l’erreur », affirmera Boris Brissonnette.
Il faudra également noter les succès acquis avant la limite par Lindley Tranquille, Brice Barbe et Gérémi Rabais, et également celui enregistré par le Rodriguais Cédric Perrine. Du côté féminin, les deux représentantes mauriciennes à la dernière Coupe du Monde, à savoir Ketty Rousseau et Jessica Jocelyn, avaient passé sans encombre le stade des demi-finales. Lors de la finale, la première nommée s’était montrée plus percutante au cours des deux premières reprises malgré un saignement de nez. Jessica Jocelyn jettera toutes ses forces dans la bataille lors du dernier round mais ne pourra renverser la vapeur.
Le prochain rendez-vous a été fixé au 20 juillet au Caudan, avec la compétition quadrangulaire réunissant les tireurs mauriciens, malgaches, réunionnais et sud-africains.