En 2013, James Agathe avait réalisé un retour en force chez les moins de 81 kg en devenant le premier Mauricien à décrocher une médaille d’or aux Championnats du monde au Brésil. Cela après un passage en boxe anglaise. Cette année, le Rodriguais a confirmé ses bonnes dispositions en remportant l’unique médaille d’or mauricienne à la Coupe du monde en Hongrie. Burtlan Simisse a, lui, décroché l’argent chez les moins de 51 kg, alors que Fabrice Bauluck et Facson Perrine ont, eux, obtenu le bronze chez les moins de 54 kg et 63.5 kg respectivement.
Pour James Agathe, cette troisième médaille d’or à cette Coupe du monde représente beaucoup pour lui. « Cette médaille d’or me permet d’étoffer mon palmarès. Ce qui est déjà une très bonne chose », a-t-il dit. Selon lui, cette performance lui permet de voir encore plus loin dans le sens où il a un projet d’avenir en tête. Un projet qu’il n’a pas voulu dévoiler pour le moment. « C’est secret pour l’instant. Si cela abouti, j’en parlerai publiquement. Mais si ce n’est pas le cas, ce serait bien dommage », a-t-il laissé entendre.
En attendant, James Agathe savoure sa médaille d’autant, a-t-il souligné, qu’il a pris pris la mesure d’un tireur russe coriace. « Je pensais que j’allais avoir un combat très dur. Mais au final, j’ai remporté ce combat facilement. Je suis donc très satisfait », a-t-il indiqué. Dans l’ensemble, il trouve que la compétition a été de bon niveau. Si lors de ses précédentes participations, il s’est retrouvé avec une dizaine de participants, en revanche, cette année, il n’y avait que cinq tireurs dans sa catégorie. « Il n’empêche que les cinq étaient de très bon niveau, puisqu’il y avait également le vice-champion du monde et aussi un Serbe très titré, sans oublier le Russe qui est champion du monde 2011 et aussi vainqueur en K1 à la Coupe du monde de l’année dernière. C’est dire que la qualité était là. »
James Agathe trouve cependant qu’il a bénéficié d’un tirage difficile, au même titre que Fabrice Bauluck. « J’ai réussi à passer et je suis très satisfait. Malheureusement pour Fabrice, il n’a pu en faire autant », a-t-il avancé. James Agathe reconnaît aussi que le fait d’avoir aujourd’hui son propre gymnase (Grand Baie) a été pour beaucoup dans sa réussite. Ayant pris un « leave » auprès de son employeur, à savoir la Special Mobile Force, James Agathe se consacre entièrement à sa préparation. « Je m’entraîne les après-midi avec Judex Jeannot (entraîneur national). Les matins, j’entraîne des jeunes et ensuite je poursuis ma préparation au gymnase. C’est pour cette raison que je suis en forme au niveau de la condition physique », a-t-il dit. James Agathe dit maintenant se concentrer sur les Championnats du monde de 2015. Il a tenu à remercier ses parents, Judex Jeannot, son épouse Monika, et tous ceux qui l’ont soutenu et qui ont toujours cru en lui.