La Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) sera représentée à la Coupe du monde de la World Association of Kick-Boxing Organization, cette semaine en Hongrie. Au total, six tireurs ont été sélectionnés pour représenter le pays et seront accompagnés de l’entraîneur national, Judex Jeannot. Selon lui, c’est James Agathe qui offre les meilleures garanties, mais estime que Fabrice Bauluck (-51 kg) et le jeune junior, Warren Robertson (-54 kg), disposent également des qualités pour aller chercher la médaille d’or. Trente-trois pays sont inscrits à cette compétition, totalisant près de 1 700 kick-boxeurs.
C’est ce soir que les trois tireurs précités, aussi bien que Jessica Jocelyn (-52 kg), Brian Jameer (-71 kg) et la junior Stania Rathbone (-51 kg), quittent le pays pour la Hongrie. Une compétition au cours de laquelle Judex Jeannot aura l’occasion de faire le point en vue de la participation mauricienne aux Championnats du monde de septembre prochain, prévus à Fortaleza au Brésil. L’objectif à cette dernière compétition sera de reprendre les titres de champion acquis dans ce même pays en 2013 par James Agathe et Fabrice Bauluck, mais perdus ensuite en 2015 en Serbie. « La Coupe du monde nous servira de baromètre en vue des Mondiaux. Ce sera très intéressant de situer nos boxeurs à un tournoi qui verra aussi la participation des meilleurs mondiaux. Car il ne faut pas oublier que nos adversaires seront également présents pour tester le terrain avant de se rendre au Brésil en septembre », a-t-il déclaré.
Selon Judex Jeannot, le groupe se prépare dans de bonnes conditions et la confiance est de mise. « Il a cependant fallu que je remette certains boxeurs devant leurs responsabilités et je peux dire que le message est très bien passé », a-t-il fait remarquer. Il est même d’avis que certains tireurs, à l’image de James Agathe et de Fabrice Bauluck sont confiants et plein d’assurance dans la mesure où, contrairement aux autres, notamment les plus jeunes, ils savent à quoi s’attendre. L’entraîneur national a indiqué qu’à ce jour, c’est James Agathe qui offre les meilleures garanties, et ce malgré le fait qu’il soufflera demain ses 35 bougies. « Comme le vin, James se bonifie avec le temps. C’est un homme heureux et qui aime s’entraîner et être sur le ring. On ne ressent chez lui aucun signe de vieillesse. En le voyant dégager autant de passion et de détermination, je dirai qu’il se sent plus jeune qu’âgé », a-t-il fait ressortir.
Fabrice Bauluck serein
L’entraîneur national est même d’avis que James Agathe sera difficile à battre à cette Coupe du monde. « Ce sera très compliqué pour celui qui sera opposé à James. Il faut aussi reconnaître que ses adversaires possèdent également beaucoup de qualités. Mais tel que je vois James en ce moment et son investissement depuis fin 2016, je suis convaincu qu’il est le Mauricien qui réunit les meilleures chances de décrocher une médaille d’or », a-t-il précisé.
Fabrice Bauluck est également capable de bien faire et d’aller chercher le précieux métal, tout comme le junior Warren Robertson. Il n’empêche, a souligné Judex Jeannot, que le niveau mental de Fabrice Bauluck ne lui avait pas plu ces derniers temps, d’où la décision de le recadrer. « Fabrice a réagi rapidement et positivement. Il s’est réajusté et s’est remis dans le bon sens. Il est désormais beaucoup plus serein et plein d’allant. Son expérience et son palmarès devraient lui permettre de réaliser une autre belle performance », a-t-il indiqué.
Jessica Jocelyn possède également une belle carte à jouer. Tout comme James Agathe, cette dernière est qualifiée, par l’entraîneur national, comme le bon vin qui se bonifie avec le temps. « Malgré ses 35 ans, Jessica est celle qui a le plus progressé dans le groupe. Elle est certes en fin de carrière, mais reste déterminée, un peu à l’image de James. C’est d’ailleurs leur très bonne hygiène de vie qui leur permet de rester au top aussi longtemps », a-t-il déclaré.
Jessica Jocelyn à l’aise en 52 kg
Le fait aussi d’être passée de 58 kg à 52 kg a transformé la tireuse que Judex Jeannot trouve beaucoup plus à l’aise dans cette nouvelle catégorie. « Elle a le soutien financier de Velogic où elle est employée et c’est très important. Elle est aussi considérée comme étant quelqu’une de très disciplinée. La fédération remercie cette compagnie, car, ce faisant, l’athlète est davantage motivée à aller encore plus loin. Cela aurait été bien de voir des boxeurs comme Fabrice Bauluck, James Agathe et d’autres encore, être soutenus de la même façon par d’autres firmes », a-t-il précisé.
Pour ce qui est de Brian Jameer, l’entraîneur national a indiqué qu’il a beaucoup d’envie et est conscient qu’il avait du retard à rattraper après s’être blessé et être tombé ensuite malade. « Brian a fait beaucoup d’efforts. Il a démontré qu’il a un gros de potentiel. Malgré quelques déchets techniques, c’est un boxeur d’avenir », a-t-il dit. Idem pour Warren Robertson qui, au fil des semaines, a indiqué Judex Jeannot, a pris conscience de ses capacités. « Warren est désormais beaucoup plus sérieux et concentré. Il commence à comprendre les rouages de la sélection et à respecter les consignes. C’est aussi un boxeur d’avenir sur lequel la fédération compte beaucoup. »
En revanche, a-t-il ajouté, Stania Rathbone n’a elle pas progressé comme attendu depuis sa victoire du 1er avril dernier face à la Réunionnaise Naema Asvat. « Je n’ai pas été satisfait de Stania ces derniers temps. Il y a eu un relâchement. Je comprends aussi que c’est toujours difficile pour un jeune d’intégrer une sélection aux côtés des boxeurs tels que Fabrice et James qui ont eux un tel niveau d’exigence dans le travail. Cela me tracasse quoique je suis convaincu de ses qualités. J’espère que son comportement s’améliorera à l’avenir », a-t-il conclu.