Jean-Naël Ravina (à g.) avait disposé de William Bouton lors des derniers championnats nationaux low-kick

Jean-Naël Ravina s’apprête à effectuer son baptême du feu sur l’échiquier international. Pressenti pour être en action aux championnats du monde juniors de kick-boxing l’année prochaine, le tireur de 16 ans, originaire de Rodrigues, a été retenu en vue de l’étape de la Coupe du Monde en Turquie. Un premier défi qu’il négociera en cette fin de semaine, fort de l’appui de coéquipiers plus aguerris à l’instar de Fabrice Bauluck, Bryan Jameer et Warren Robertson.

En abordant cette première sortie internationale, Jean-Naël Ravina veut mettre de côté tout complexe. « Je ressens à coup sûr une certaine pression, mais je compte me donner à fond afin de justifier la confiance placée en moi », soutient celui qui s’entraîne à Maurice depuis plus d’un mois. Au JJJ Gymnasium à Roches Brunes, l’entraîneur national, Judex Jeannot, qui l’a pris sous sa coupe, avoue sa satisfaction sur l’évolution du jeune tireur. « Il s’adapte graduellement et commence à prendre goût au rythme des séances d’entraînement. Certes, il possède encore des déchets dans sa boxe, mais il donne l’impression d’être très bon sur le ring. »

Reste que Jean-Naël Ravina aura à évoluer à son meilleur niveau et à démontrer du caractère lors de cette première échéance qui ne s’annonce guère de tout repos. « Il reste à espérer qu’il nous surprenne, car il va découvrir un autre milieu », avance Judex Jeannot. Outre le fait d’évoluer dans une catégorie supérieure, soit celle des -57 kg chez les juniors, le tireur de Pointe Canon pourrait trouver sur sa route des adversaires d’un certain calibre. Par exemple les Turcs Kurt Fevzi et Ahmet Yuksel, l’Israélien Sebastan Mansur ou encore l’Azéri Qasham Mammadov. Toutefois, le jeune Ravina ne compte pas baisser les bras pour autant. « Les séances d’entraînement à Maurice ont été très dures, mais cela m’a mis davantage en confiance afin d’aborder cette compétition avec une belle envie de réussir ».

Pourtant, rien ne prédestinait Jean-Naël Ravina à une carrière dans cette discipline. Et ce, même si sa mère était une pratiquante, jusqu’à ce qu’elle le mette au monde. Il s’est dans un premier temps initié à la boxe anglaise, avant de croiser la route de l’entraîneur régional, Jean-Claude Spéville, qui guidera ses premiers pas au gymnase de Malabar. Il a ainsi gagné en assurance au fil des saisons, comme en attestent ses trois victoires en quatre sorties sur le sol mauricien. La dernière ayant été obtenue aux dépens de William Bouton lors des championnats nationaux low-kick. Même s’il sera de retour dans son île natale à l’issue de cette étape de la Coupe du Monde, Jean-Naël Ravina compte redoubler d’efforts. L’objectif ultime étant de briller aux championnats du monde, émulant ainsi ses sparring-partners actuels que sont Fabrice Bauluck et Warren Robertson.