Ils avaient fait forte impression au cours des premières compétitions de kick-boxing de la saison, à savoir les championnats nationaux low-kick et l’Open Trophy de Mahébourg. Sélectionnés pour les championnats du monde juniors, William Bouton et Laurent Samson ont franchi un nouveau palier. Cette fois, ils se sont affirmés à l’échelon international en remportant leurs combats lors des Défis du Sud. Une compétition organisée samedi dernier au gymnase Nelson Mandela à Saint-Pierre (île de La Réunion).
Opposé à Adler Ambroise, William Bouton ne s’est pas posé de questions. Tout en enchaînant les coups et en variant sa boxe, le tireur mauricien avait vite fait de déstabiliser son adversaire. Tant et si bien qu’Ambroise sera compté au deuxième round et sera incapable de continuer le combat. « William était notre premier représentant dans cette compétition. Il lui fallait donc donner l’exemple. La préparation psychologique était importante et nous avons su trouver les mots justes pour le conditionner moralement, comme cela a été le cas avec les autres tireurs. De là, tout le stress a été dégagé », souligne Jérémie Rousseau, président de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées, qui agissait comme chef de délégation.
De son côté, Laurent Samson, qui se retrouvait face à Antoine Abrillet, a su gérer son combat de bout en bout. Avantagé à l’allonge, il a évolué sans complexe, et son adversaire a été compté au troisième round. Toutefois, Jérémie Rousseau soutient que Samson possède encore quelques déchets dans sa boxe. « Il doit se montrer moins fougueux et a intérêt à améliorer sa garde ».
Quant à Cédric Changou, il a confirmé sa belle santé actuelle, après avoir été absent du ring pendant une longue période la saison dernière. Certes, il s’est incliné face à Jérôme Payet, qui possède à son palmarès le titre de champion de France. Reste que le combat a été indécis jusqu’au bout. « Cédric a affronté un adversaire qui cogne fort. Toutefois, il a déclenché ses enchaînements à partir du deuxième round, mais il doit apprendre à mieux esquiver », fait ressortir Jérémie Rousseau.
De son côté, Jessica Jocelyn, sollicitée suite au forfait de Ketty Rousseau, s’est inclinée face à Cindy Dalleau. Entamant son combat de brillante façon, elle a manqué de ressources sur la fin. La faute sans doute à une préparation perturbée par une foulure. Par contre, la fausse note a été constituée par l’interdiction du médecin de service à faire évoluer Lindley Perrine. Le jeune tireur rodriguais avait contracté un abcès à la jambe depuis un certain temps déjà et le feu vert ne lui a pas été accordé de par le fait qu’il portait un pansement. Les protestations du camp mauricien, justifiées dans le sens où Lindley Perrine était en action récemment à Mahébourg, sont finalement demeurées vaines.
Au final, cette sortie s’est avérée positive, surtout avec le travail appréciable de l’entraîneur Steward Charlot et l’accueil du club de Saint-Pierre. Si les tireurs de l’élite seront en action à la Coupe du Monde la semaine prochaine, les juniors auront quant à eux l’occasion de se tester davantage lors du gala prévu en Afrique du Sud le mois prochain.