Jour de vérité pour Fabrice Bauluck et Facson Perrine dans le cadre des championnats du monde de kick-boxing. Au Sports Hall de Skopje en Macédoine, les deux tireurs mauriciens, déjà assurés de la médaille de bronze, brigueront aujourd’hui leur place en finale des catégories -54 kg et -63,5 kg respectivement. Le premier nommé croisera le fer avec le Kazakh Zhalussan Blok, tandis que Perrine défiera le Russe Denis Lukashov.
Si Fabrice Bauluck avait validé son visa pour le carré d’as mardi, son compagnon d’armes a repoussé le challenge du Suédois Farzad Rangrazian à l’unanimité des juges, hier en début de soirée. Deux podiums assurés donc et la satisfaction est de mise dans le camp de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA). Le président de cette instance, Jérémie Rousseau, se dit heureux. « Ces deux jeunes réalisent actuellement une performance de choix et écrivent l’histoire. Un petit pays comme Maurice qui voit deux de ses représentants sur des podiums mondiaux : il y a de quoi être fier. Fabrice et Facson devront désormais être concentrés au maximum et faire preuve de cette détermination et cette envie d’aller jusqu’au bout. »
Déjà vainqueur du Français Souleymane Vazeilles et du Brésilien Amilcar Sabino Fonseca aux tours précédents, Facson Perrine s’est donc de nouveau montré à la hauteur des espoirs placés en lui. Le Suédois Rangrazian, d’ailleurs compté au deuxième round, n’a pu résister aux assauts du jeune Rodriguais plus déterminé que jamais. « Il s’est montré nettement plus entreprenant et a dominé les trois rounds. Sa victoire ne souffre d’aucune contestation », explique l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Reste que le plus difficile commence pour le champion d’Afrique et le vainqueur de la Coupe du Monde. Face à lui se dressera un monument du kick-boxing en la personne du Russe Denis Lukashov (26 ans). Un tireur au palmarès impressionnant, avec ses cinq titres de champion du monde en low-kick, son titre de champion du monde en full-contact, ses trois titres de champion de Russie, ses victoires chez les pros et sa médaille d’or aux Sports Accord Games l’année dernière en Chine.
Judex Jeannot demeure conscient que son poulain aura à faire face à un sérieux challenge aujourd’hui. « J’ai visionné pendant de longues heures les combats du Russe et il m’a été difficile de lui trouver des défauts dans sa boxe. Si ce n’est une certaine faiblesse au niveau de sa jambe d’appui. » Quelle stratégie adopter donc pour le contrer ? « Il faudra que Facson cogne dès le début du combat et mette la pression sur sa jambe avant », avance-t-il.
Toujours est-il que l’entraîneur national maintient que Lukashov aura à sortir le grand jeu s’il veut disputer une nouvelle finale mondiale. « Il a certes tout en sa faveur, soit le métier et l’expérience. De plus, je crains que les juges ne soient influencés de par son palmarès. Il n’empêche qu’il n’a pas encore gagné et qu’il aura à sortir sa plus belle boxe. Facson lui causera sans doute beaucoup de problèmes. » L’autre demi-finale de cette catégorie opposera le Turc Fikri Arican à l’Iranien Najafizaddeh Sayed Hossein. Ce dernier ayant pris le meilleur du Malgache Patrice Rakotondratsimba en quarts de finale.
De son côté, Fabrice Bauluck abordera également sa demi-finale avec une détermination accrue. Médaillé de bronze en 2007, médaillé d’argent deux ans plus tard, le voilà qui frappe aux portes d’une nouvelle finale mondiale. Le Kazakh Blok pourra-t-il briser le rêve du jeune Mahébourgeois ? « Celui qui possède le plus de métier et qui aura une plus grande envie fera la différence », prévient Judex Jeannot.
Le vainqueur de ce combat disputera la finale face au vainqueur du duel qui opposera le Russe Astemir Borsov au Macédonien Emil Nurkovic.