En trois éditions, les tireurs mauriciens ne sont jamais revenus bredouilles des championnats d’Afrique de kick-boxing. En toute logique, cette belle série devrait se perpétuer au cours de la quatrième édition prévue la semaine prochaine (du 3 au 6 avril) au Palais des Sports de Yaoundé au Cameroun. D’autant que les trois sélectionnés, à savoir Burtlan Simiss, Facson Perrine et Boris Brissonnette, ont déjà fait leurs preuves sur l’échiquier international.
Facson Perrine visera une troisième consécration de suite dans cette compétition continentale. Lui qui s’était distingué au Gabon en 2010 avec la palme de meilleur tireur et en 2012 à Madagascar dans la catégorie -63,5 kg. Depuis, le tireur originaire de Rodrigues a décroché la ceinture intercontinentale, terminé sur la deuxième marche du podium à la dernière édition de la Coupe du Monde et disputé la finale mondiale en octobre de l’année dernière. « Il n’a pas encore atteint sa forme optimale, mais je m’attends quand même à le voir en finale », avance l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Ce dernier soutient que le tireur le plus en vue actuellement demeure Burtlan Simiss. Auteur d’une spectaculaire montée en puissance la saison dernière avec la consécration à la Coupe du Monde et la place de finaliste aux championnats du monde, le tireur des -51 kg veut croire en des lendemains encore meilleurs. Victime d’un arbitrage maison lors de la dernière édition, il devrait cette fois se retrouver sur la plus haute marche du podium, si on en croit Judex Jeannot. « Burtlan est actuellement impressionnant aux séances d’entraînement et ne cesse de progresser. Il est très confiant en ses possibilités, et sauf imprévu, il devrait décrocher l’or ».
Quant à Boris Brissonnette, médaillé de bronze à la Coupe du Monde 2012 et aux derniers championnats d’Afrique, il compte aspirer à mieux cette fois. Une façon d’effacer sa déception d’avoir été le seul tireur à n’avoir pu obtenir de podium aux derniers championnats du monde. « Boris aura l’occasion d’étoffer son palmarès et de se prouver au niveau international. Si le titre se trouve à sa portée, il faudra bien qu’il le prenne », affirme l’entraîneur national.
Si la confiance est de mise dans le camp mauricien, il n’en demeure pas moins que quelques réserves sont exprimées par Judex Jeannot. « Nous avons certainement le potentiel de décrocher trois médailles d’or, mais ma grosse crainte demeure l’arbitrage. De plus, la préparation a été surtout axée sur la Coupe du Monde vu que la compétition africaine avait été initialement fixée en septembre, puis à la mi-avril ».
La délégation dirigée par Steeves Isbester et qui comprendra également l’entraîneur Patrick Mignonne mettra donc le cap sur le Cameroun lundi après-midi. Dans la capitale camerounaise, il faudra alors se méfier des Malgaches, qui présentent une escouade forte de vingt éléments, dont Menavolo et Anigael, champions d’Afrique sortants chez les -51 kg et -60 kg, et des tireurs maghrébins et du pays hôte.
De retour au pays le 9 avril, pas de répit pour les Mauriciens car il faudra alors penser sérieusement à la Coupe du Monde.