Fabrice Bauluck veut parvenir jusqu’au bout de sa mission. Décrocher l’or aux championnats du monde seniors et entrer de plain-pied dans l’histoire du kick-boxing local. Le natif de Mahébourg s’apprête ainsi à vivre une semaine de tous les bonheurs au Convention Centre du Casa Grande Hotel Resort & Spa à São Paulo au Brésil. Question d’oublier à jamais ses deux échecs face à des Russes lors des finales de 2009 et 2011 et de justifier tous les espoirs placés en lui.
Vers la fin de l’année dernière, Fabrice Bauluck nous confiait avec une confiance certaine : « Au Brésil, ce sera l’or ou rien. Rien que le métal précieux m’intéresse. » Neuf mois après, il demeure toujours aussi ambitieux. D’autant qu’il a étoffé son palmarès entre-temps en se retrouvant sur la plus haute marche du podium lors de la Coupe du Monde tenue en Hongrie en juin dernier. « Ce succès lors de cette compétition m’a fait beaucoup de bien. Surtout au niveau psychologique, ayant disposé d’un Russe en finale. Je suis désormais plus tranquille dans ma tête, tout en étant conscient que les Russes ne sont pas imbattables. Nous possédons également du potentiel. »
Cette barrière psychologique franchie, le sportif de l’année 2012 a également mis tous les atouts de son côté dans sa quête du Graal. « Je n’ai jamais connu une telle préparation, avec des séances d’entraînement tenues à un rythme régulier. Qui plus est, j’ai pu bénéficier de la compréhension de mon employeur, Philippe Hao Thyn, qui m’a accordé trois mois de congé pour mieux me préparer. » C’est ainsi que ce sera un Fabrice Bauluck encore mieux dans sa peau qui se lancera dans la bataille dans la catégorie -54 kg. « J’ai gagné en maturité et en expérience. Il faudra également demeurer concentré jusqu’à la fin », affirme-t-il.
 Certes, il a connu des moments de doute depuis son arrivée au Brésil, avec ces problèmes liés aux visas, mais la sérénité est vite revenue. « Avec l’expérience acquise, je ne me pose plus de questions. J’attends que la bagarre commence, tout en ne sous-estimant en aucune façon mes adversaires. » Double médaillé d’or à la Coupe du Monde, triple champion d’Afrique, double champion du monde juniors, Fabrice Bauluck ne voit toutefois pas cette échéance mondiale comme une finalité. « Ce n’est qu’une étape en vue d’autres objectifs. Tous ces défis ne peuvent que me motiver davantage. » À bientôt 26 ans, il veut continuer à se battre et triompher pour tous ceux qui l’ont aidé à connaître les sommets, et ses coéquipiers pour qui il espère également le meilleur.