Après sa médaille d’argent acquise lors de la Coupe du Monde de kick-boxing en Hongrie le mois dernier, Facson Perrine s’apprête à relever un nouveau défi. Au gymnase Prytanée Militaire de Libreville au Gabon demain soir (21h30 à Maurice), le tireur mauricien briguera la ceinture intercontinentale dans la catégorie -67 kg chez les pros. Face à lui se dressera Anguy Assoumou, tireur du pays hôte, au cours d’un combat qui sera long de cinq rounds de trois minutes.
Désormais habitué aux échéances d’envergure après sa participation aux compétitions mondiales et continentales, Facson Perrine devrait pouvoir réussir son pari. Toutefois, l’entraîneur national, Judex Jeannot, qui est actuellement à ses côtés, veut éviter tout excès de confiance. « Facson peut certes faire parler son métier et son expérience. Il possède à coup sûr des qualités pour réussir. Il faudra toutefois faire attention à ce Gabonais, qui se sentira pousser des ailes devant son public. De plus, il faudra également se méfier de la pression du public et de l’arbitrage-maison. »
Quelle tactique employer donc pour contrecarrer les assauts adverses ? À cela, Judex Jeannot demeure formel. « Facson aura à le faire douter d’entrée. Il faudra également qu’il soit très fort psychologiquement et gonflé à bloc, sans omettre le fait qu’il aura à doser ses efforts, tout en évoluant sans complexe. » Afin que tout se déroule selon les plans établis, une réunion s’est tenue ce matin après la pesée officielle entre l’entraîneur et son protégé. Question de le motiver davantage, car à la clé se trouve un cachet d’environ Rs 120 000 pour le vainqueur. « S’il décroche cette ceinture, ce sera intéressant pour la suite de sa carrière », insiste Judex Jeannot. Qui plus est, Perrine aura l’occasion de se situer davantage à l’approche des championnats du monde prévus en septembre au Brésil.
Il est à noter que depuis son arrivée au Gabon mardi, le tireur d’origine rodriguaise a livré des séances d’entraînement très léger pour garder la forme. Ce combat, qui s’insère dans les Internationaux de Libreville, dont le coup d’envoi est prévu cet après-midi avec les amateurs, s’annonce donc de bonne facture. D’autant qu’Assoumou voudra défendre chèrement ses chances devant un public tout acquis à sa cause. Lui qui revient d’un stage au Maroc avec la sélection gabonaise et qui avait participé à la Coupe du Monde au Brésil.
Outre ce combat, deux autres ceintures intercontinentales seront également en jeu demain. Chez les -60 kg, le Gabonais Yannick Matessa défiera l’Italien Guiseppe Di Guia, tandis que dans la catégorie -71 kg un duel Ibinga Dropsy (Gabon)/Bozhurt Adern (Turquie) est programmé. Un public des plus nombreux est attendu au cours de ce week-end du fait que l’entrée sera gratuite.