Alors que le Rodriguais Facson Perrine brille de milles feux sur la scène continentale et mondiale, le kick-boxing rodriguais est lui embourbé. Le constat des deux membres de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA), nommément Sanju Bhikoo (secrétaire) et Judex Jeannot (entraîneur), à l’issue d’une visite de quatre jours (7 au 11 février) dans l’île, est inquiétant. Le tableau est noir d’où la déception et la révolte de Judex Jeannot qui s’insurge surtout contre l’absence totale d’engagement et de considération à l’égard du comité régional par la Commission de la Jeunesse et des Sports sous l’ère de l’ancien Commissaire Christian Agathe. C’est une discipline à l’état de désolation qu’il a découvert, plus précisément des clubs se trouvant dans un piteux état et des jeunes qui sont appelés à évoluer dans des conditions très difficiles, contrairement à ce que prévoit les règlements de la fédération. 
La dernière visite des dirigeants de la FMKBDA à Rodrigues remonte à trois ans. Car financièrement, le budget alloué par le ministère de la Jeunesse et des Sports – Rs 1M en 2012 – ne permet pas des déplacements réguliers dans l’île. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Judex Jeannot et Sanju Bhikoo ont été choqués par le spectacle de désolation auquel ils ont été témoins. « Nous avions une mission spécifique à réaliser avant le départ pour Rodrigues qui était d’évaluer l’état de cette discipline. Nous devions aussi animer un stage pour juge-arbitres, moniteurs et compétiteurs et nous avons vu aussi qui sont ceux qui sont apte à rejoindre la sélection nationale à l’image de Facson Perrine. Nous avons été stupéfaits de constater les conditions dans lesquelles le kick-boxing est appelé à fonctionner », déclare Judex Jeannot.
L’entraîneur national parle d’emblée de déception et de révolte après avoir visité les clubs de Grand La Fouche Mangues, Malabar et de Roseaux. « J’ai été très déçu de voir ces clubs dans un piteux état. Les conditions d’entraînements sont très difficiles. A titre d’exemple, un centre d’entraînement est actuellement fermé et c’est sur le terrain de football que les jeunes s’entraînent ! Ce qui est à mon avis inadmissible. A Mangues, j’ai vu une vingtaine de jeunes s’entraînant dans une salle avec seulement…deux vieux paires de gants. Ce qui est encore plus effrayant, c’est que ces jeunes ne sont pas protégés. Ce qui n’est pas approprié pour un sport de combat comme le kick-boxing où la sécurité du pratiquant est primordial », a-t-il fait remarquer.
Pour Judex Jeannot, il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il y a une dégradation totale du niveau dans lequel cette discipline évolue. Il a du reste rencontré Antonio Volbert, un haut cadre de la commission de la Jeunesse et des Sports, pendant son séjour dans l’île et n’a pas manqué de lui faire part de son mécontentement. « Ce qui m’agace le plus, c’est avant même qu’on commence les discussions, on met en avant les difficultés financières. Mais ce qui m’étonne, c’est lorsqu’on a besoin de faire des dépenses inutiles, on trouve toujours de l’argent. Ce genre de situation est révoltant », s’est insurgé l’entraîneur national.
Ce dernier se dit encore plus déçu en constatant que, très souvent, certains se mettent en avant pour vanter les mérites d’un athlète après une bonne performance, sans qu’ils aient pour autant soutenu l’athlète à 100%. Un peu à l’image de Facson Perrine qui a bénéficié du soutien de la commission de la Jeunesse et des Sports sur quelques mois de l’année seulement en 2010 et 2011. Ce qui n’est pas normal lorsqu’on sait que Facson Perrine, élu Junior Sportman of the Year 2011, à Maurice a remporté deux médaillés d’or (Championnats d’Afrique et Coupe du monde) et une médaille de bronze (Championnats du monde), l’année dernière ! « J’ai également voulu en savoir plus sur la politique de la commission, car c’est révoltant de voir que les tireurs n’ont pas de soutien et n’ont aucune considération de la part des autorités rodriguaises », a-t-il avancé.
Changement souhaité avec la nouvelle administration
Sur le terrain, le constat est encore plus désolant, affirme Judex Jeannot, car plusieurs membres ont pris leurs distance de la discipline en raison, justement, des grosses difficultés à faire avancer les choses. « Il n’est pas normal que les clubs ne soientt pourvus d’équipements adéquats et appropriés pour une pratique saine et sécurisée du kick-boxing », a expliqué Judex Jeannot. Selon lui, Antonio Volbert a essayé de se montrer rassurant en indiquant que la commission fera de son mieux pour venir en aide au comité régional et à ses nombreux pratiquants. « C’est un response positif, mais faut-il encore qu’on joigne le geste à la parole. On nous a dit que le nécessaire sera fait pour mettre des équipements à la disposition des clubs, mais également un ring mobile, aussi bien qu’un ring fixe dans un centre à Malabar. On souhaite que cela se réalise, car comme je l’ai dit, le découragement a gagné les responsables du kick-boxing. Sur six clubs, deux ont fermés leurs portes ! Et cela ne m’étonnera guère si tous les clubs cessent leurs activités », a-t-il souligné.
Pour lui, il est grand temps que la commission de la Jeunesse et des Sports assume ses responsabilités et vienne en aide au kick-boxing, une discipline dans laquelle Rodrigues fait honneur à la République de Maurice. « La Commission doit arrêter de bluffer et doit jouer le rôle qui est le sien. Avec le changement qui s’est opéré au sein de l’administration rodriguaise, je souhaite que les choses prennent rapidement une tournure positive. Car le comité régional a abattu un gros travail au cours de ces dernières années et il a besoin d’un gros coup de main pour continuer à réaliser des choses crédibles », a expliqué Judex Jeannot.
Pour conclure, il a expliqué que le niveau des juge-arbitres et des moniteurs entre autres est médiocre sur ce qu’il a vu au cours de son passage dans l’île. « C’est un fait et nous ne pouvons le nier. Avec ce manque de moyens et de considération, le kick-boxing rodriguais est médiocre à tous les niveaux », a-t-il conclu.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
 Si la situation persiste
L’affiliation du comité régional pourrait être gelée
La décision de la Commission de la Jeunesse et des Sports de venir en aide au comité régional sera déterminante pour la survie du kick-boxing dans l’île. Selon Judex Jeannot, cette situation ne peut plus durer. « Au cas contraire, la fédération sera contrainte de geler l’affiliation du comité régional en attendant que les choses redeviennent à la normale. Car selon les règlements, il y a des mesures de sécurité à respecter dans la pratique de cette discipline. Ce qui n’est pas le cas actuellement. A notre niveau, nous estimons qu’il est inadmissible que ces mesures soient négligées, car en cas de blessure, c’est la fédération qui en paiera les conséquences », a-t-il fait remarquer. Ce dernier s’insurge aussi du fait qu’un comité régional qui compte encore d’autres Facson Perrine soit appelé à évoluer dans ces conditions. Pour Judex Jeannot, le président et entraîneur Jean-Claude Spéville, aussi bien que Marcelino Prosper, secrétaire du comité régional, qui font un gros travail pour le développement de cette discipline, ont également leur part de responsabilités en ce qui concerne la sécurité des jeunes. « Jean-Claude et Marcelino font un excellent travail auprès des jeunes et nous en sommes conscients. Ils connaissent les règlements et ne peuvent ignorer les lois, même si nous savons que les finances font défaut. Je leur ai bien fait comprendre cela »
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Création d’un centre de formation
La question de transport pour les tireurs s’entraînant à Malabar, sous la véranda du centre d’accueil de la localité, a aussi été abordée lors de la rencontre entre les membres de la FMKBDA et la Commission de la Jeunesse et des Sports. « Il y a un gros problème de transport à Rodrigues, après 17h. Nous avons évoqué ce problème avec ceux concernés et à la commission, on nous a fait savoir que seul les stagiaires des centres de formation régionaux bénéficient d’un moyen de transport de retour après les entraînements. C’est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de lancer ce centre à Malabar, regroupant ainsi les meilleurs tireurs de l’île », a fait ressortir l’entraîneur national. Soulignons aussi que la fédération a demandé à Facson Perrine, qui est à Rodrigues depuis la fin de décembre, d’effectuer un suivi de la situation jusqu’à mai prochain, afin de voir l’évolution de la situation. »Par rapport à sa préparation toutefois, Facson Perrine est pénalisé du fait qu’il doit rester à Rodrigues pendant tout ce temps. A notre niveau, nous essayerons d’effectuer au moins deux visites dans l’île cette année pour nous assurer que la situation bouge dans la bonne direction. Mais là également, tout dépendra de nos finances », a expliqué Judex Jeannot.