Ce sont principalement les jeunes éléments qui ont été sollicités pour défendre les couleurs mauriciennes à la Coupe de l’océan Indien de kick-boxing. Une compétition qui se déroulera à Madagascar le 4 avril et qui verra également la participation des tireurs de la Grande île, de La Réunion et des Seychelles.
Les championnats nationaux low-kick organisés samedi dernier au gymnase 1er Février à Roche-Bois ont permis de confirmer la forme actuelle des tireurs et d’établir la sélection finale. Cette sélection comprend donc le cadet Jorano Philippe, les juniors Kenny Dinally, Dylano Gérard et William Bouton, et les seniors Cédric Changou, Brian Jameer et Boris Brissonnette. Toutefois, la participation de ce dernier est douteuse, du fait qu’il soigne actuellement une blessure au tibia. La délégation sera conduite par Steeves Isbester, représentant de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines associées (FMKBDA), et comprendra également l’entraîneur Didier de Robillard.
Selon l’entraîneur national, Judex Jeannot, l’accent sera placé sur la relève dans le cadre de cette compétition. « Nous avons voulu donner la chance aux jeunes éléments de s’exprimer sur la scène régionale et de découvrir un autre niveau. Cela ne pourra que les motiver à s’entraîner et à travailler davantage. D’autant que ce sont des jeunes prometteurs qui se sont montrés performants lors des récentes compétitions ».
Ce sera également l’occasion d’évaluer William Bouton, Cédric Changou et Boris Brissonnette, soit des tireurs présélectionnés en vue de la Coupe du Monde. Reste que la partie ne s’annonce guère aisée pour les Mauriciens à Tananarive car l’île soeur présentera son équipe élite.
Pour en revenir aux championnats nationaux low-kick, il faudra noter le retour à la compétition de Kenny Sifflet et Brian Attock. Le premier nommé s’est d’ailleurs signalé avec une victoire expéditive aux dépens de David Estazie. Quant à William Bouton, il a fait montre de beaucoup d’engagement lors de son duel face à Dylano Gérard et semble avoir gagné en confiance. Quant au combat opposant Fabrice Bauluck à Burtlan Simiss, il a favorisé les desseins du premier nommé.