Après la brillante prestation des tireurs mauriciens à la dernière édition de la Coupe du Monde de kick-boxing, ponctuée par une médaille d’or, une d’argent et deux de bronze, leurs récompenses seront revues à la hausse. Au cours d’une rencontre avec les tireurs et leurs dirigeants hier après-midi, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, a fait ressortir que le comité de la High Level Sports Unit travaillera sur ce dossier afin que les médaillés obtiennent des cachets « dignes de leur prestation ».
Pour rappel, les médaillés d’or de l’édition 2013, à savoir Fabrice Bauluck et Burtlan Simiss, avaient chacun obtenu un chèque de Rs 100 000. Reste que pour Devanand Ritoo, ces récompenses sont méritées, vu le sérieux affiché par les tireurs et la stabilité entourant la fédération. « Depuis ma prise de fonctions voilà six ans, le kick-boxing a décroché six médailles d’or lors de compétitions mondiales. Il sera vraiment difficile pour une autre fédération d’égaler cette performance en si peu de temps », a-t-il souligné.
Tout en saluant le travail effectué par les membres de la fédération et les encadreurs et en présence du chef de cabinet de son ministère, Dev Phokeer, le ministre de la Jeunesse et des Sports a eu des mots d’appréciation pour James Agathe, médaillé d’or à cette compétition tenue à Szeged en Hongrie. « C’est la troisième fois que vous décrochez la médaille d’or dans cette compétition. Cette performance mérite d’être saluée et votre prestation de même que celle de vos coéquipiers devraient servir d’exemple aux autres fédérations ».
Selon lui, la réputation déjà établie des tireurs mauriciens sur l’échiquier international les condamne désormais à maintenir la barre toujours très haut. « Il s’agira maintenant de maintenir le cap avec détermination et motivation », a-t-il ajouté. Il est à noter que le MJS a contribué à hauteur de Rs 586 000 pour ce déplacement.
De son côté, Jérémie Rousseau, président de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées, a soutenu avoir vécu une expérience inoubliable en Hongrie. « L’entraîneur Karl Prosper, les tireurs et moi ne formions qu’une équipe. De plus, les instructions étaient suivies à la lettre par les tireurs, car la victoire se construit dans la salle d’entraînement et se complète sur le ring ».
Tout en haussant les enchères avec ce désir de décrocher cinq médailles d’or au cours de la prochaine édition, Jérémie Rousseau se montrera reconnaissant envers ceux qui ont contribué à ce succès, le MJS, le Trust Fund for Excellence in Sports et les commanditaires, à savoir Omnicane et City Sport. Pour rappel, les autres podiums ont été décrochés par Burtlan Simiss (médaillé d’argent), Facson Perrine et Fabrice Bauluck (médaillés de bronze).