Champion du monde juniors de kick-boxing en 2004 et 2006, Fabrice Bauluck sera-t-il rejoint au palmarès demain soir par Linley Perrine ? Vainqueur aux points (3-0) du Polonais Piotr Kruszianski, hier après-midi en demi-finales de la catégorie -60 kg, le jeune tireur originaire de Rodrigues sera en quête d’un sacre mondial à Rimini en Italie. Face à lui se dressera le Russe Zakharov Malroi, qui a de son côté repoussé le challenge d’un autre Polonais, Krysztof Manecki, également aux points.
Dans le camp mauricien, on affiche une certaine confiance en vue de ce débat crucial. « Linley a sa chance. Il est plus grand de taille et devra capitaliser sur cet avantage face au Russe, qui se trouve cependant être très rapide. Il faudra qu’il gère son combat et qu’il boxe intelligemment », souligne l’entraîneur national, Judex Jeannot.
De son côté, Linley Perrine veut aller jusqu’au bout de sa mission. « En abordant cette finale, je veux être très fort dans la tête. Jusqu’ici, mes entraîneurs ont su me donner la motivation voulue et j’espère que tous les sacrifices encourus jusqu’ici trouveront leur récompense », affirme celui qui soufflera ses 17 bougies jeudi prochain.
Revenant sur la demi-finale, Linley Perrine, à Maurice depuis le début de cette année et qui étudie à la SSS Ebène, fait ressortir qu’il a mis la pression d’entrée sur le Polonais. « J’ai multiplié les low-kicks et j’ai tenté autant que possible d’éviter ses attaques. J’ai vraiment tout donné dans ce combat et c’est pourquoi j’ai le moral très haut à l’approche de cette finale ».
Une prestation qui a plu à Judex Jeannot. « Linley a effectivement évolué avec confiance dès l’engagement et s’est révélé puissant aux poings et aux low-kicks. Il a finalement géré au troisième round et sa victoire ne souffre d’aucune contestation, avec d’ailleurs neuf points d’avance au décompte final ». Selon l’entraîneur national, ce succès en appelle d’autres, pour peu que son jeune protégé garde la tête bien sur les épaules.
Médaille d’or ou d’argent demain soir, quoi qu’il en soit, la délégation mauricienne ne reviendra pas les mains vides lundi. Ce podium permettra d’effacer quelques années de vaches maigres au niveau des Mondiaux juniors, car il faut remonter à 2010, quand Facson Perrine avait décroché la médaille de bronze. L’histoire retiendra qu’outre les deux sacres de Fabrice Bauluck, le tableau de chasse comprend également une médaille de bronze obtenue par Niven Ramasubbu voilà déjà dix ans.