Il avait pris la décision de prendre ses distances du kick-boxing il y a deux ans, afin de franchir d’autres. Toutefois et ce, après mûres réflexions, James Agathe est revenu à ses premières amours. Et il n’a pas eu tort, puisqu’aux petites heures du matin samedi (heure de Maurice) il a décroché la médaille d’or chez les moins de 81 kg pour devenir le premier tireur mauricien champion du monde. Contacté au téléphone hier après-midi, James Agathe a déclaré ne toujours pas réaliser l’exploit accompli. Il espère de tout coeur que Fabrice Bauluck l’imitera tôt ce matin. « Je suis confiant que nous serons de retour à Maurice avec une deuxième médaille d’or », a-t-il déclaré à Week-End.
C’est sans aucun doute l’homme le plus heureux du monde le temps de ces championnats du monde et il le dit. « C’est le rêve quoi ! J’ai atteint les sommets et je suis très très content », a d’emblée déclaré James Agathe. Celui qui déclarait à la presse, au courant de la semaine écoulée, qu’il allait tout faire pour être champion du monde quitte à  se blesser, se réjouit du dénouement. « Je suis très content. C’est super. Être champion du monde ce n’est pas donné à tout le monde. Cela n’arrive pas tous les jours.  C’est une rêve qui se réalise. Je n’arrive toujours pas à le croire. Je suis aux anges », a-t-il déclaré.
Selon James Agathe, la finale face au Polanais, qu’il avait battu lors de la Coupe du monde en 2011, en Hongrie, a été difficile. Il n’empêche qu’il a bien maîtrisé son combat et ce, grâce à la très bonne préparation qu’a programmée l’entraîneur national Judex Jeannot. « Je dis un grand merci à Judex. C’est grâce à lui que je suis champion du monde. Il a établi un programme de travail  avec beaucoup d’accent sur l’endurance. J’avais confiance en sa méthode et je savais que nous allions tous bien faire. Au final, nous avons eu quatre tireurs en finale et je dis que le plus grand mérite revient à Judex », a fait remarquer Judex Jeannot.
Parlant de sa finale, James Agathe a expliqué qu’il a été très calme, est resté très concentré et a surtout respecté à la lettre les consignes de l’entraîneur national. Une finale qu’il a remporté à l’unanimité des juges par 3 à 0. « Ce qui me fait plaisir, c’est que j’ai fait une compétition avec beaucoup moins de pression par rapport à mes autres compétitions auxquelles j’ai participé. J’a ipas eu de sparring partners pendant ma préparation et c’est cela qui ne m’a pas permis d’avoir des repères. Il n’empêche que je me suis adapté et j’ai fait de mon mieux pour faire honneur au pays. Je suis très fier d’avoir réussi », a déclaré James Agathe.
Ce dernier a avoué avoir abordé chaque rencontre comme une finale. Après un premier combat laborieux (3-0) en huitième de finale face à un anglais, James Agathe a enchaîné par un K.-O au premier round face à un Portuguais avant de s’imposer en demi-finale face à un Serbe. « Je suis très content de cette performance. Je remercie une fois de plus Judex Jeannot, mes parents qui sont à Rodrigues, ma femme, mes amis, dont Jean Pierre,  la fédération, Sanju Bhikoo, le président Jérémie Rousseau, et le ministère de la Jeunesse et des Sports entre autres », a-t-il déclaré.
Pour conclure, James Agathe s’est dit confiant dans les chances de Fabrice Bauluck. « Fabrice est un champion et je suis convaincu qu’il sera champion du monde. Il ramènera cette deuxième médaille d’or à la République de Maurice. Il a beaucoup de qualités et il s’est beaucoup sacrifié pour arriver là où il le veut », a-t-il conclu.