Le médaillé bronze aux Championnats du monde de 2015 en Serbie et médaillé d’argent des Championnats d’Europe 2016 en Slovénie, Ahmadzada Chingiz, sera engagé aux côtés du Mauricien Fabrice Bauluck dans la catégorie des moins de 54 kg lors des Mondiaux de novembre prochain, à Budapest en Hongrie. Cela après avoir décidé de ne plus évoluer chez les moins de 51 kg. Pour l’entraîneur national, Judex Jeannot, c’est un nouveau challenge qui s’offre au Mauricien dans sa quête à reconquérir sa couronne mondiale acquise en 2013 au Brésil et perdue en 2015 en Serbie.
Ahmadzada Chingiz est connu pour faire partie de cette jeune génération de tireurs redoutables de la World Association of Kick-Boxing Organization (WAKO). Il a d’ailleurs brillé, lors des deux récentes grandes compétitions que sont les Mondiaux de 2015 et les Championnats d’Europe de 2016. Deux compétitions au cours desquelles, il a été battu par le Russe Anton Salchak, médaillé d’argent en 2015 et champion d’Europe en titre en 2016. Il semblerait donc que la présence de ce dernier, l’a poussé vers la sortie de cette catégorie d’où sa décision de passer en 54 kg. « J’ai eu l’occasion de voir Ahmadzada Chingiz en action, et je peux dire que c’est un excellent boxeur. C’est un boxeur complet qui fait partie des jeunes pousses talentueuses du kick mondial », a déclaré Judex Jeannot.
La confiance est de mise
Il n’empêche que ce changement ne refroidit en rien l’ardeur de l’entraîneur national même s’il sait désormais que Fabrice Bauluck sera appelé à croiser la route de l’Azerbaïdjanais lors des Mondiaux de novembre prochain. « Je maintiens que Fabrice sera un os très dur à Budapest. Celui qui parviendra à le battre devra être très fort. La venue d’Ahmadzada Chingiz chez les moins de 54 kg pimentera davantage les débats. Il faudra donc avoir un oeil sur lui, car comme je l’ai expliqué, c’est un jeune boxeur qui possède d’énormes qualités et qui viendra certainement pour disputer le titre. Sa présence nous motive a être encore meilleur », a-t-il fait remarquer.
 Entre-temps, la préparation de Fabrice Bauluck, aussi bien que celle des quatres autres sélectionnés, nommément Jessica Jocelyn (-52 kg), Brian Jameer (-67 kg), Boris Brissonnette (-71 kg) et James Agathe (-81 kg), se poursuit toujours avec le même sérieux et dans la discipline, a indiqué Judex Jeannot. « Nous avons eu une nouvelle séance de travail dominicale et cela m’a beaucoup réjoui de voir la forme de nos sélectionnés », a-t-il fait ressortir. Car selon lui, les cinq tireurs respirent tous la grande forme. « Comme je leur ai bien expliqué depuis le début de la préparation, ce n’est pas en mai ou juin qu’il faut être dans cette forme, mais bien à l’approche de la compétition. D’ici le début du tournoi, les boxeurs seront tous au summum de leur forme », a-t-il indiqué.
Judex Jeannot trouve même, que James Agathe a repris du poil de la bête après une participation mitigée au World Games de juillet dernier en Pologne. « J’avais bien fait comprendre à James, avant son départ pour la Pologne qu’il n’était pas au top de sa forme et aussi qu’il ne pouvait se maintenir sur une pente ascendante sur toute une année. Ce qui me plaît beaucoup, c’est que James a depuis retrouvé ses bonnes sensations et c’est de très bon augure avant le grand départ pour Budapest le 30 octobre », a-t-il avancé.
Jessica Jocelyn : un coup à jouer
Selon lui, c’est Jessica Jocelyn qui a le plus progressé et il est d’avis qu’elle est capable de très bien faire à ces Mondiaux. « A mon avis, Fabrice devrait pouvoir reconquérir son titre de champion du monde perdu en 2015. Mais si surprise il y a, elle viendra certainement de Jessica. C’est une fille qui a énormément progressé au fil des mois et qui me donne aujourd’hui raison de l’avoir fait descendre en 52 kg », a-t-il indiqué.
 Toutefois, a ajouté Judex Jeannot, il est très important pour Jessica Jocelyn de répéter sa forme d’entraînement sur le ring à Budapest pour espérer aller chercher le graal. Car le fait de disputer ses tous premiers Championnats du monde pourrait jouer contre elle. « Il y aura le stress, le manque de compétition de haut niveau qui peut entraîner le doute. Ce manque de confiance est souvent néfaste. J’espère tout simplement que Jessica saura surmonter tout cela pour nous offrir une performance hors pair à laquelle nous nous attendons tous », a-t-il souligné.
 Fabrice Bauluck et James Agathe connaissent eux les rouages de ces compétitions et devraient pouvoir se motiver. En revanche, ce ne sera pas la même chose pour Boris Brissonnette et ce, même s’il a eu l’occasion d’être présent à ce genre d’événement. Quant au jeune Brian Jameer, la découverte se poursuivra à l’issue de ces Mondiaux et aussi en marge des autres grandes compétitions à venir. A noter que la présidente de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing, Isabelle Jeannot, sera également du voyage et en profitera pour s’entretenir avec la fille de l’ancien président de la WAKO, Barbara Falsoni, membre très active du secrétariat.