Il faut remonter à très longtemps pour trouver une performance significative mauricienne aux Championnats du monde juniors de la World Association of Kick-Boxing Organization (WAKO). Dans moins d’une dizaine de jours, trois jeunes tireurs s’envoleront pour l’Italie, plus précisément vers la station balnéaire de Rimini, pour espérer changer la donne. Les choses ne s’annoncent toutefois guère facile, car selon l’entraîneur national Judex Jeannot, la préparation n’a pu se dérouler dans des conditions optimales.
En 2004, puis 2006, Fabrice Bauluck décrochait à deux reprises le titre de champion du monde juniors des moins de 51 kg. Niven Ramasubhu en 2004 (-54 kg), puis le Rodriguais Facson Perrine (-60 kg), décrochaient eux le bronze. Dans quelques jours, William Bouton (-54 kg), le Rodriguais Linley Perrine (-57 kg) et Laurent Samson (-67 kg), tenteront de ramener une médaille des Championnats du monde de Rimini. Une tâche difficile, dans le sens où Judex Jeannot n’a pu offrir à ses protégés la préparation dont il aurait souhaité. « Comme je le dis souvent, une compétition de cette envergure se prépare 15 mois, voire deux ans à l’avance. Malheureusement, nous n’avons eu que huit mois et ces quelques jours qui nous restent », a-t-il indiqué.
Selon l’entraîneur national, cette situation s’explique par le fait que le Rodriguais Linley Perrine n’a pu faire le déplacement, l’année dernière, pour s’entraîner de façon permanente avec la sélection. Ce n’est qu’en février dernier qu’il a pu poser ses valises à Maurice. « Ce déplacement n’avait pu se faire parce qu’il fallait d’abord trouver une solution pour ses études. J’ajouterais que William (Bouton) a lui rencontré d’énormes difficultés pour venir s’entraîner avec la sélection à Roche Brunes, dans la mesure où il habite à Olivia dans l’est du pays. Il a dû partager sa préparation entre la sélection et son club », a expliqué Judex Jeannot.
En dépit de ces contre-temps, l’entraîneur national se veut confiant dans le sens où, a-t-il souligné, les trois tireurs ont énormément progressé depuis leur participation au championnat national de K1, il y a un peu plus de trois semaines, à Beau-Bassin. Une compétition où les trois sélectionnés ont eu l’occasion de disputer deux combats chacun. Selon Judex Jeannot, c’est William Bouton qui est le plus en vue actuellement comme en témoigne sa victoire par K.-O face au senior Burtlan Simisse, médaillé d’argent aux Championnats du monde seniors de l’année dernière au Brésil.
Pour Judex Jeannot, il est clair que ses deux victoires, dont celle face à Simisse, a mis William Bouton davantage en confiance. « Ce qui était très intéressant, c’est que William n’avait pas refusé le combat et a même échangé des coups puissants avec son adversaire. Ce qui est un signe très positif de sa part. Il a osé et a eu la chance du vainqueur en parvenant à mettre K.-O Burtlan. William a beaucoup d’envie et de détermination. Je souihaite qu’il en fasse autant en Italie », a-t-il souligné et d’ajouter que le tireur devrait finalement boxer dans la catégorie des moins de 54 kg au lieu de 51 kg. « Musclé et sec qu’il est, William fait déjà 54 kg. Ce serait prendre un gros risque que de le faire perdre des kilos pour boxer en 51 kg. »
Pour ce qui est de Linley Perrine,l’entraîneur national se réjouit que le Rodriguais a pu enfin trouver ses repères après une période d’adaptation. Il trouve aussi que le tireur a beaucoup progressé depuis le championnat national où il avait d’abord gagné face à Stéphane Estazie avant de s’incliner devant Fanfan Nagamah »Je m’attendais à beaucoup mieux de sa part lors de cette compétition. Il n’empêche que la fatigue ne lui avait pas permis de s’exprimer comme il le voulait, tout comme Laurent (Samson) », a souligné Judex Jeannot. Laurent Samson avait lui remporté ses deux combats face à Steeve Victoire d’abord, puis face à Jordan Mathieu. Il n’empêche que Judex Jeannot n’était guère satisfait de cette performance. « Laurent aurait dû être plus efficace. Il a été trop laborieux. Pour un tireur sélectionné pour les Mondiaux, il aurait dû faire montre de plus de classe », a-t-il fait remarquer. Judex Jeannot a eu l’occasion d’en parler au tireur qui a expliqué sa performance par une grosse fatigue accumulée pendant la préparation.
Gros travail psychologique
Trois semaines se sont écoulées depuis et pour l’entraîneur national, les trois tireurs ont énormément récupéré. Pour cela, il a tenu à remercier la MCB qui a apporté son soutien en terme de vitamines et fortifiants. « Les jeunes s’entraînent à la raison de deux séances par jour. Ils étaient fatigués et j’avais aussi demandé au Dr Allan Naraidoo d’effectuer le suivi médical, afin qu’ils puissent récupérer. Grâce au soutien de la MCB que je remercie au nom de la fédération, les trois sélectionnés se trouvent dans de bonnes conditions », a déclaré l’entraîneur national.
Par ailleurs, Judex Jeannot a expliqué qu’avec le temps qui fait défaut, un gros travail psychologique a     été mis en place, d’autant a-t-il indiqué avoir des appréhensions dans ce domaine. « Ces jeunes vont découvrir ce niveau pour la première fois. Le niveau sera très dur et j’ai peur qu’ils se sentent perdus. Je me souviens de Facson (Perrine) qui avait perdu toutes ses qualités à sa première participation au niveau mondial. Nous allons donc tout faire pour que les sélectionnés ne se retrouvent pas dans la même situation », a-t-il expliqué.
Toutefois, il reste convaincu que les jeunes auront à coeur d’émuler leurs aînés que sont Fabrice Bauluck, James Agathe, Facson  Perrine ou encore Burtlan Simisse pour ne citer qu’eux. « Ce sera un avantage qui devrait leur permettre d’affronter l’élite sans complexe. Cela même si nous sommes conscients qu’ils partent vers l’inconnu dans le sens où nous n’avons pas de repère dans les compétitions internationales juniors contrairement aux seniors « , a-t-il conclu. Soulignons que les trois tireurs seront accompagnés de Judex Jeannot et de Sanju Bhikoo (chef de délégation) ils quittent le pays dans la soirée du 4 septembre prochain.