Le gala international de kick-boxing doté de la Nations Cup, prévu samedi après-midi à partir de 17h au gymnase de Beau-Bassin, promet des combats de haute facture.
On accordera une certaine attention au combat qui opposera en fin de soirée le Turc Osman Layikbas, champion du monde pro de cette discipline, au Malgache Johane Beauséjour. Ce dernier est le premier tireur étranger à avoir débarqué à Maurice et il s’est même rendu à une séance d’entraînement au JJJ Gymnasium à Roches Brunes mardi dernier.
Solide gaillard de 1,79m pour 75 kg, Johane Beauséjour a excellé dans plusieurs sports de combat, notamment le muay-thaï, le K1 et la boxe-française savate. Pourtant, tout portait à croire que celui qui est né de père martiniquais et de mère malgache allait s’illustrer au football, ayant été supervisé par la formation française d’Auxerre.
Non-retenu au sein de l’équipe professionnelle, il suivra alors les traces de son père, féru de karaté et de kung-fu. Tant et si bien qu’il décrochera 72 succès et réalisera deux nuls en 100 combats. Parmi les hauts faits d’armes de sa carrière, figurent entre autres des victoires acquises lors de l’Elite Fight Night et du Wicked One Tournament l’année dernière et l’obtention de la ceinture intercontinentale en muay-thaï.
Champion en France Elite en K1 et en muay-thaï, il possède comme objectif de décrocher la ceinture mondiale. Qui plus est, sa prestation à la séance d’entraînement de mardi dernier a séduit plus d’un. « C’est un gars qui connaît son métier. Cela se voit qu’il a côtoyé le haut niveau. D’ailleurs, il s’est montré fort discipliné », avance l’entraîneur national mauricien, Judex Jeannot.
Quant à la délégation malgache, qui comprend six autres tireurs, dont deux éléments féminins, elle est attendue à Maurice ce soir. Les Sud-Africains seront également présents aujourd’hui, tandis que l’arrivée des Réunionnais et des Turcs est prévue demain.
À la tête de la délégation turque se trouvera Salim Kayici, président par intérim de la World Association of kick-boxing Organisation (WAKO). Ce dernier s’attend que cette discipline connaisse un véritable engouement à travers le monde.
« De par un travail acharné et l’investissement nécessaire, nous voulons permettre aux combattants, entraîneurs et arbitres d’être mieux reconnus. Nore ambition sera d’obtenir la reconnaissance du Comité international olympique et de pouvoir figurer aux Jeux Olympiques. Si nous réalisons ces objectifs, nous pourrons alors dire que nos efforts ont été récompensés », avait-il déclaré récemment au magazine WAKO.
Comparativement aux autres pays en action samedi, la Turquie sera la grande découverte, notamment avec son autre champion du monde pro qu’est Husnu Sari, qui croisera le fer de son côté avec le Réunionnais Bryan Refesse. Il faut également savoir que la Turquie possède plus de 130 000 licenciés, 300 clubs, 2 500 entraîneurs et 2 000 juges-arbitres. Le kick-boxing se situe ainsi en cinquième position au niveau des disciplines olympiques et non-olympiques concernant le nombre de licenciés.