Sept combattants en action et six succès. La sélection mauricienne de kick-boxing a frôlé le sans-faute au cours de la première édition de la Nations Cup disputée samedi au Centre national de tennis de table à Beau-Bassin.
Cédric Dinally, Fabrice Bauluck, William Bouton, Boris Brissonnette, Burtlan Simiss et James Agathe se sont tous surpassés pour offrir à Maurice le trophée tant convoité. Et ce, en devançant dans l’ordre la Turquie (quatre victoires), Madagascar (trois victoires), l’Afrique du Sud et La Réunion avec chacune un succès.
Fort de leur palmarès éloquent, Fabrice Bauluck, James Agathe et Burtlan Simiss étaient attendus lors de cette échéance. Le premier nommé, qui évoluait dans une catégorie supérieure, a toutefois eu du fil à retorde face au Malgache Séverin Mamonjisoa. Les deux tireurs se sont donnés à fond, avant que Bauluck ne prenne l’ascendant à partir de la troisième reprise, en faisant la différence grâce à ses directs.
De son côté, James Agathe a fait parler sa puissance face au Turc Ahmet Kaplan. Ce dernier était expédié au tapis au deuxième round suite à un direct et l’arbitre mettait un terme au combat. Quant à Burtlan Simiss, il a livré un festival offensif lors de la dernière confrontation de la soirée qui l’opposait au Turc Yusuf Ors. Certes, les deux tireurs ont écopé de deux avertissements, mais le succès de Simiss n’a souffert d’aucune contestation.
Récemment couronné à la Coupe du Monde chez les juniors, William Bouton s’est révélé de son côté expéditif face au Sud-Africain Stefan Gelderblom. Son middle-kick réalisé dès le round initial s’avérait fatal pour son adversaire, qui avait d’énormes difficultés à se relever.
Victoire avant la limite également pour Boris Brissonnette qui, malgré la différence de poids face au Réunionnais Eddy Payet, forçait la décision en sa faveur vers le milieu du dernier round. Auparavant, le tireur de l’île soeur avait été compté à deux reprises, du fait que Brissonnette, également compté au premier round, avait offert un meilleur visage à partir de la reprise suivante.
Par contre, le succès de Cédric Dinally aux dépens du Malgache Lavakely pouvait prêter à controverse en raison d’une grossière erreur d’arbitrage. Pratiquant une boxe plus fluide, ce dernier était en passe de confirmer son succès acquis lors du gala tenu récemment à Madagascar. Toutefois, Dinally jetait toutes ses forces dans la bataille au dernier round et son adversaire se retrouvait au tapis. Il était alors compté et l’arbitre mettait un terme au combat. Mais cette décision était inexplicable, dans le sens où Lavakely n’a jamais baissé les bras au moment du décompte et était toujours lucide. Dépité, il quittera le ring et refusera de prendre son trophée.
Longue de plus de cinq heures, cette soirée tenue en présence de Salim Kayici, président par intérim de la WAKO, et du Deputy Prime minister, Xavier-Luc Duval, s’est avérée une réussite sur le plan organisationnel. Toutefois, le seul aspect négatif a porté sur l’arbitrage. Outre la décision prise à l’encontre de Lavakely, un autre Malgache, à savoir Johanne Beauséjour, peut également se sentir lésé.
Véritable showman sur le ring, Beauséjour pensait avait fait la différence face au Turc Husnu Sari, qui devait d’ailleurs être sauvé par le gong au premier round, étant sonné suite à un crochet. Mais le verdict lui sera défavorable. Cette victoire de Sari permettait ainsi à la Turquie de terminer à la deuxième place suite aux autres succès décrochés par Arslan Emine, Oguz Yildinm et Osman Layokbas.
Les Malgaches avaient de leur côté entamé la compétition de brillante façon avec les victoires de Karenne Mioratiana, Fazarally et Christian Menavolo, mais la suite des événements leur sera défavorable. Quant à La Réunion, elle a sauvé l’honneur par l’entremise de Brice Salama, qui a pris la mesure de Laurent Samson. Moins percutant que son adversaire, ce dernier a subi le combat par moments.
Au bout du compte, ce sera le seul revers au sein de l’équipe mauricienne désormais encore plus motivée pour briller aux championnats du monde en septembre prochain.