L’euphorie sera-t-elle de nouveau présente dans le camp mauricien à Szeged en Hongrie lors de la Coupe du Monde de kick-boxing, comme cela avait été le cas au cours des derniers championnats du monde au Brésil ? Échéance à l’issue de laquelle deux médailles d’or et deux médailles d’argent avaient été décrochées. Une certaine confiance est de mise, d’autant que les mêmes cinq tireurs seront en action en Hongrie à partir de jeudi prochain.
Burtlan Simiss, Fabrice Bauluck, Facson Perrine, Boris Brissonnette et James Agathe sont prêts à se lancer dans une nouvelle aventure afin de justifier tous les espoirs placés en eux. La dernière édition de la Coupe du Monde avait permis aux deux premiers nommés de se retrouver sur la plus haute marche du podium dans les catégories -51 kg et -54 kg respectivement, tandis que Facson Perrine avait décroché la médaille d’argent chez les -63,5 kg. Par la suite, Fabrice Bauluck avait réalisé son rêve d’obtenir la consécration mondiale au même titre que James Agathe.
Ce seront donc des tireurs aguerris et chevronnés qui tenteront d’étoffer leur palmarès. « Ils possèdent tous le potentiel et peuvent aller très loin dans cette compétition. Si les cinq parviennent en finale, nous ne pourrons pas parler de miracle », avance l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Certes, Fabrice Bauluck n’a disputé aucun combat depuis son retour du Brésil. De son côté, Burtlan Simiss, victime d’une blessure sur son lieu de travail, a dû observer deux semaines de repos et n’a repris le chemin de l’entraînement que lundi dernier. Quant à Facson Perrine, il voudra surfer sur son récent succès aux championnats d’Afrique, alors que Boris Brissonnette sera en quête de rachat à l’issue de ses échecs aux Mondiaux et aux championnats d’Afrique.
« Ma seule crainte concernant Fabrice demeure un manque de motivation, d’autant qu’il a tout gagné jusqu’ici. Néanmoins, je le trouve très à l’aise et serein. Ce qui est le cas pour James. Néanmoins, les cinq tireurs ont gagné en confiance suite à leur expérience au Brésil. Je demeure persuadé que nous ne reviendrons pas au pays les mains vides », insiste Judex Jeannot.
Reste que les tireurs mauriciens sont désormais dans le viseur de leurs adversaires. Les Russes, Biélorusses, Croates et autres Polonais et Azéris seront à coup sûr des adversaires à ne pas prendre à la légère. « Les adversaires seront sur leurs gardes. Il s’agira de gérer, tout en demeurant concentrés », confie l’entraîneur national.
Une nouvelle fructueuse récolte demeure donc dans le domaine du possible pour une cinquième participation consécutive à cette compétition. Et ce, après les succès de James Agathe (2010 et 2011), Fabrice Bauluck (2012 et 2013) et Facson Perrine chez les juniors en 2011. Il est à noter que la délégation conduite par Jeremie Rousseau, président de la fédération, et qui comprendra également l’entraîneur Karl Prosper, quittera le pays lundi. La compétition est prévue de jeudi à dimanche prochain à Szeged.L’euphorie sera-t-elle de nouveau présente dans le camp mauricien à Szeged en Hongrie lors de la Coupe du Monde de kick-boxing, comme cela avait été le cas au cours des derniers championnats du monde au Brésil ? Échéance à l’issue de laquelle deux médailles d’or et deux médailles d’argent avaient été décrochées. Une certaine confiance est de mise, d’autant que les mêmes cinq tireurs seront en action en Hongrie à partir de jeudi prochain.
Burtlan Simiss, Fabrice Bauluck, Facson Perrine, Boris Brissonnette et James Agathe sont prêts à se lancer dans une nouvelle aventure afin de justifier tous les espoirs placés en eux. La dernière édition de la Coupe du Monde avait permis aux deux premiers nommés de se retrouver sur la plus haute marche du podium dans les catégories -51 kg et -54 kg respectivement, tandis que Facson Perrine avait décroché la médaille d’argent chez les -63,5 kg. Par la suite, Fabrice Bauluck avait réalisé son rêve d’obtenir la consécration mondiale au même titre que James Agathe.
Ce seront donc des tireurs aguerris et chevronnés qui tenteront d’étoffer leur palmarès. « Ils possèdent tous le potentiel et peuvent aller très loin dans cette compétition. Si les cinq parviennent en finale, nous ne pourrons pas parler de miracle », avance l’entraîneur national, Judex Jeannot.
Certes, Fabrice Bauluck n’a disputé aucun combat depuis son retour du Brésil. De son côté, Burtlan Simiss, victime d’une blessure sur son lieu de travail, a dû observer deux semaines de repos et n’a repris le chemin de l’entraînement que lundi dernier. Quant à Facson Perrine, il voudra surfer sur son récent succès aux championnats d’Afrique, alors que Boris Brissonnette sera en quête de rachat à l’issue de ses échecs aux Mondiaux et aux championnats d’Afrique.
« Ma seule crainte concernant Fabrice demeure un manque de motivation, d’autant qu’il a tout gagné jusqu’ici. Néanmoins, je le trouve très à l’aise et serein. Ce qui est le cas pour James. Néanmoins, les cinq tireurs ont gagné en confiance suite à leur expérience au Brésil. Je demeure persuadé que nous ne reviendrons pas au pays les mains vides », insiste Judex Jeannot.
Reste que les tireurs mauriciens sont désormais dans le viseur de leurs adversaires. Les Russes, Biélorusses, Croates et autres Polonais et Azéris seront à coup sûr des adversaires à ne pas prendre à la légère. « Les adversaires seront sur leurs gardes. Il s’agira de gérer, tout en demeurant concentrés », confie l’entraîneur national.
Une nouvelle fructueuse récolte demeure donc dans le domaine du possible pour une cinquième participation consécutive à cette compétition. Et ce, après les succès de James Agathe (2010 et 2011), Fabrice Bauluck (2012 et 2013) et Facson Perrine chez les juniors en 2011. Il est à noter que la délégation conduite par Jeremie Rousseau, président de la fédération, et qui comprendra également l’entraîneur Karl Prosper, quittera le pays lundi. La compétition est prévue de jeudi à dimanche prochain à Szeged.