Le kick-boxing mauricien a brillé de mille feux aux deux éditions des championnats d’Afrique de kick-boxing. Que ce soit au Cameroun en 2009 ou au Gabon l’année dernière, le sans-faute a été réalisé par les tireurs mauriciens. Qu’en sera-t-il lors de la troisième édition prévue à Madagascar à partir de demain ?
Comparativement aux deux précédentes éditions, la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA) a cette fois donné la chance à un maximum de combattants de s’illustrer. Ils seront donc sept au rendez-vous, à savoir Burtland Simiss, Fabrice Bauluck, Didier Dalon, Angelo Thomas, Facson Perrine et Boris Brissonnette qui évolueront en style low-kick, et Fanfan Nagamah qui livrera bataille en full-contact. Autant de combattants qui ont mis le cap sur la Grande île aujourd’hui en début d’après-midi en compagnie des entraîneurs Judex Jeannot et Karl Prosper.
De ces tireurs, le plus apte à se retrouver sur la plus haute marche du podium demeure sans conteste Fabrice Bauluck. Double champion du monde juniors, deux fois vice-champion du monde chez les seniors, il visera un troisième titre consécutif dans cette compétition. D’ailleurs, il a déjà haussé les enchères avec cette médaille d’or acquise en mai dernier à la Coupe du Monde en Autriche. Certes, il a été victime d’une légère contracture au cours d’une séance d’entraînement tenue lundi, mais il ne compte pas déposer les armes pour autant.
« Je dois faire abstraction de ce contre-temps et être psychologiquement fort pour tenir le coup. D’autant que je compte relever le défi de décrocher ce troisième titre. Je veux devenir le premier tireur africain à réaliser une telle performance et cela ne peut que décupler ma confiance », nous a affirmé Fabrice Bauluck.
Facson Perrine ne sera également pas en reste. Champion d’Afrique en exercice et meilleur tireur lors de la dernière édition, médaillé de bronze aux derniers championnats du monde, il tentera de se retrouver au premier plan après son échec inattendu dès les préliminaires de la dernière Coupe du Monde. Certes, il n’a pas connu la même préparation que ses coéquipiers, étant demeuré à Rodrigues ces deux derniers mois. Perrine demeure conscient qu’il doit se rebiffer aux yeux de ceux qui croient en lui.
« Je me sens en forme après les séances d’entraînement dirigées par Jean-Claude Spéville (ndlr : entraîneur du comité régional de Rodrigues). L’objectif demeure certes de conserver mon titre, mais j’espère également me situer en vue des prochains championnats du monde. »
Il faudra aussi avoir un oeil sur Boris Brissonnette, qui avait fait montre de son potentiel à la dernière Coupe du Monde en se retrouvant sur la troisième marche du podium et en dominant au passage un Biélorusse par K.O. Pour ses premiers championnats continentaux, il aura certainement une belle carte à jouer. Tout comme Burtland Simiss et Angelo Thomas, qui ont déjà vécu l’expérience des championnats du monde juniors. Par contre, Fanfan Nagamah et Didier Dalon en seront à leur baptême du feu lors d’une compétition aussi relevée.
Toutefois, l’entraîneur national, Judex Jeannot, possède la confiance voulue en ses protégés. « Nous attendons beaucoup de ceux qui ont déjà fait leurs preuves et nous souhaitons qu’ils nous ramènent l’or. Les autres tireurs devraient également être à la hauteur de la situation. Si chacun ramène une médaille, nous ne pourrons qu’être satisfaits. » Reste qu’il s’attend à une forte concurrence avec la présence des Maghrébins, des Malgaches et des Sud-Africains. « Ils nous rendront la tâche ardue, mais nous sommes prêts », soutient Judex Jeannot.
Cette même confiance est ressentie dans les propos de Jérémie Rousseau, président de la FMKBDA. « Rien n’a été laissé au hasard. Le déplacement en Afrique du Sud le mois dernier a permis aux tireurs de s’affûter davantage. Nous connaissons leurs qualités et leur potentiel. S’ils font montre de la détermination voulue, ils reviendront certainement en vainqueurs. »
Cette compétition servira de qualification pour les Sport Accord Games prévus en Russie l’année prochaine. Une motivation supplémentaire pour continuer de briller de mille feux.