La délégation mauricienne, actuellement au Brésil dans le cadre des championnats du monde de kick-boxing, peut enfin pousser un ouf de soulagement. Après de multiples démarches, les deux dirigeants et cinq tireurs bénéficient depuis hier après-midi d’un visa touriste de 90 jours. Et ce, après avoir obtenu un visa de courtoisie de trois jours depuis mardi dernier. De ce fait, ils pourront préparer avec beaucoup plus de sérénité cette échéance mondiale dont le coup d’envoi est prévu mardi au Convention Centre du Casa Grande Hotel Resort & Spa à São Paulo.
Le président de la Fédération brésilienne de kick-boxing, Paolo Zorello, a finalement tenu parole, lui qui avait demandé aux membres de la délégation qu’il entreprendrait les démarches nécessaires et qu’ils n’avaient pas de soucis à se faire. C’est ainsi qu’il les a rencontrés à leur hôtel hier matin au moment du petit déjeuner pour récupérer leurs passeports et entamer les démarches appropriées.
Un heureux dénouement donc pour une délégation dont les soucis avaient débuté lundi, faute de documents appropriés à son arrivée à l’aéroport de São Paulo. Une menace de déportation, une garde à vue de près de seize heures, l’expectative de pouvoir participer ou non aux championnats du monde ont été autant de moments traumatisants vécus ces derniers jours.
De ce fait, les démarches effectuées par les ministres Devanand Ritoo et Xavier-Luc Duval, les représentants de l’ambassade mauricienne aux États-Unis de même que les dirigeants de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA) ont porté leurs fruits. Reste qu’au niveau de cette instance, une réunion est prévue au retour de la délégation.
« Certes, le mal est déjà fait et nous devons nous concentrer sur la compétition. Il n’empêche que nous devrons situer les responsabilités et déterminer qui doit porter le chapeau. D’où la tenue de cette réunion afin que cette situation ne se reproduise à l’avenir », fait ressortir son président, Jérémie Rousseau.
Qui plus est, il s’avère qu’avant le déplacement des voix se sont élevées au sein de cette fédération sur le choix du Dr Allen Naraidoo en tant que responsable de la délégation. Un choix qui avait été imposé par un membre précis. Si Allen Naraidoo avait brillé par son absence lors de la remise de chèque vendredi dernier à Port Louis, ce qui avait déplu au ministre Ritoo et aux représentants de Stevenhills, ces dirigeants s’interrogent sur une éventuelle situation où deux tireurs mauriciens auront à évoluer simultanément.
Quoi qu’il en soit, les choses sérieuses au niveau de la compétition débuteront ce week-end avec la pesée et la visite médicale. Le tirage au sort, la réunion technique, le séminaire pour arbitrtes-juges de même que l’Assemblée générale de la Confédération panaméricaine sont prévus lundi, tandis que les premiers combats auront lieu le lendemain.