C’est dans sa jolie maison des Salines, construite il y a deux ans à peine, que l’équipe de Kitikwi a retrouvé Charmenta Aubert. Nous parlons de retrouvailles car Charmenta travaille régulièrement avec les membres de TrèsPied Production. Sur l’émission Timambo, notamment, pour laquelle elle s’occupe de certaines chorégraphies, du montage des décors et de l’ordre de passage en backstage. L’expérience qu’elle a acquise dans plusieurs domaines (textile, évènementiel, hôtellerie, audiovisuel) lui donne une grande versatilité. Si cette femme est dotée d’une bonté innée, elle possède aussi un caractère hors norme et un sens aigu de la justice. Son esprit de passionaria lui vient peut-être d’une enfance pas toujours rose.
Un souvenir, en particulier, a marqué sa mémoire d’une empreinte indélébile. Celui de son père expliquant à sa miss que, à cause de problèmes familiaux, il retirait sa fille de l’école. Alors âgée de douze ans, Charmenta était une élève douée et attentive. Elle revoit sa miss, en pleurs, implorant son père de ne pas prendre une telle décision.  Mais ce fut en vain et la vie de la petite fille s’en trouva bouleversée. Elle se sentait soudain exclue du monde auquel elle avait appartenu jusqu’alors. Elle éprouvait un sentiment de honte à ne plus porter l’uniforme. Elle ne sortait plus de chez elle aux heures d’arrivée et de sortie des classes, par crainte de croiser ses anciens camarades. Mais, en dépit de tout, la flamme du savoir continua de briller en elle. Privée d’études classiques, c’est seule qu’elle fit son apprentissage. Charmenta s’appropria la carte d’abonnement de son père pour la bibliothèque. Elle se rappelle, comme si c’était hier, des premiers livres empruntés : Racines de Alex Haley et Dracula de Bram Stoker.