La Zourne Travayer organisée par le Kolektif Premye Me dans le cadre de la Fête du Travail, Place Pierre Renaud, à Beau-Bassin, avec une maigre assistance, a été marquée par l’annonce de la création d’un “Fron Anti-Lisansiman Ekonomik ek Politik” (FALEP) et l’absence remarquée du syndicaliste Jack Bizlall. Il a fallu attendre l’arrivée du défilé de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), venant de Rose-Hill, pour que les orateurs commencent à prendre la parole vers 11h40. La vente de nourriture, de livres, de plantes et d’objets d’artisanat dans le jardin derrière le bureau de poste, qui avait déjà commencé vers 9h30, assurait pour sa part une certaine animation.
Premier orateur à prendre la parole, le négociateur de la Federation of Progressive Union (FPU), Ivor Tan Yan, a exhorté les travailleurs à « surmonter la peur de représailles » patronales et à faire preuve de solidarité. Dans ce contexte, il a dénoncé les licenciements à la Road Development Authority (RDA) et dans une entreprise de boissons gazeuses de Belle-Rose. Il a par conséquent annoncé la création imminente d’un Fron Anti-Lisansiman Ekonomik ek Politik. « Parey kouma dan le zane 80, kot ti bizin kree enn fron anti-lisansiman pou alert bann otorite ek la popilasyon lor bann dega ki lisansiman ti pe fer dan pei, inn ler aster pou kree enn fron anti-lisansiman ekonomik ek politik pou ki travayer pran kont ki ena lezot kamarad ki pe perdi plas pou bann rezon politik et ekonomik. Dan sa fron-la, pa zis pou ena bann kamarad ki finn perdi plas, bizin ena ossi bann kamarad travayer ki ankor travay pou ki gouvernman konpran ki travayer solider ar so kamarad », a-t-il déclaré.
Le président de la Fédération de Travailleurs Unis (FTU), Atma Shanto, dans son discours d’introduction, a réfuté l’affirmation selon laquelle la classe syndicale était divisée. « Il est vrai que des syndicats ont choisi de célébrer la Fête du Travail à Réduit, un autre à l’Unity House et nous sur la Place Taxi. Mais nous sommes tous d’accord sur l’essentiel : la révision urgente de l’Employment Rights Act et de l’Employment Relations Act, l’introduction d’un salaire minimum et l’inscription du droit de grève dans notre Constitution », a-t-il fait ressortir.
« Kasir sosyal »
Atma Shanto s’est aussi prononcé sur le pourcentage de travailleurs syndiqués dans le secteur privé. « Zot bizin konn kriel verite lor terrin. Pena enn patron ki vinn dir volonterman ki li rekonet enn syndika. Zot dir travayer pou perdi plas si rant dan syndika e zot pass bann delegue syndika divan komite disiplinerr pou bann rezon bidon ek met zot dehor. Kouma ou pa le ki selma 12 % travayer ki gagn kouraz sirmont zot laper zwinn enn syndika alor ki zot ena dett ek ledikasyon zanfan pou peye ? » À cet effet, il a demandé au National Economic and Social Council (NESC) d’entreprendre une étude sur le taux de syndicalisation à Maurice et a souhaité que le gouvernement donne à la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) le pouvoir d’enquêter sur les violations de droits humains dans le secteur privé. « Kifer CNDH pa gagn drwa anket dan sekter prive alor ki drwa travayer pe bafwe tou le zour ? » Rehana Ameer (Kolektif Fam), Jane Ragoo (CTSP) et Jennifer Henri (Women League for Alternative and Feminist Action) ont pour leur part évoqué les violations quotidiennes des droits des femmes et des enfants à Maurice.
Dev Ramano, du Muvman Premye Me (MPM), a pour sa part longuement réfuté le terme de « budget de partage » utilisé par le ministre des Finances Vishnu Luchtmeenaraidoo. « Zot finn gagn eleksyon par defo. Dimounn tinn plin ar politik neo-liberal kot popilasyon finn gagn kraze pandan 30 dernye banane. Gouvernman finn oblize ogmant pansyon e donn kompansasyon Rs 600 “across the board” parski zot fin santi ki ti pou ena enn explozyon sosyal. Kuma zot kapav vinn koz bidze de partaz kan zot fin gard Corporate Tax a 15 % alor ki lekar pe grandi ant ris ek pov ? Finn ena enn kasir sosyal ! » a-t-il affirmé. Le chômage, la pauvreté, la faim, la dépression, la maladie, l’insécurité, la drogue, l’alcool, la violence domestique, la peur au travail et l’angoisse pour l’avenir des enfants devraient accentuer cette fracture sociale, a-t-il avancé. « La seule solution serait que les travailleurs prennent conscience de leur force et se présentent comme une alternative crédible aux partis politiques traditionnels pour gagner la bataille de la lutte des classes. Nou kapav fer li ! » s’est-il exclamé.