En faisant scène commune le week-end dernier au Kafét@, Komiko et Moustiker ont eu une idée de génie. Une vraie symbiose entre les comédiens qui ont pris l’habitude de se côtoyer, surtout depuis l’avènement du Festival du rire. Des sketchs les uns plus drôles que les autres, avec des personnages burlesques et improbables, étaient au rendez-vous.
La première de ce spectacle tenue vendredi dernier n’a pas réuni la grosse foule. Cela n’a pas empêché les humoristes de livrer un spectacle de qualité. Hormis quelques membres des Komiko et des Moustiker, le spectacle comprenait également deux jeunes qui se sont révélés lors du Festival du rire 2012 : Alessandro Ciara et Christophe Mooneesamy de la compagnie LOL.
À travers des sketchs hilarants tout au long d’un spectacle qui aura duré une heure et trente minutes, les six comédiens ont abordé des sujets cocasses ou plutôt rendus cocasses par leurs dégaines et les dialogues.
Décapant.
Des personnages rocambolesques nous ont d’abord transportés dans les rues. Nous avons ainsi retrouvé sur scène des personnages de marchands ambulants décapants, plus vrais que nature. Le marchand de cerfs-volants très entreprenant, le drogué très rigolo qui casse les prix sur ses bijoux et le marchand de philtres arnaqueur ont vite fait de régaler la salle.
Un peu plus tard, ce sont des personnages postulant pour l’embauche à l’armée qui ont donné du fil à retordre au sergent en charge des auditions. Entre le drogué, le vieillard, le bègue et l’homosexuel déjanté, celui-ci s’est retrouvé au bord de la crise de nerfs.
Niveau performance, Stephan Raynal et Didier Anthony se sont particulièrement distingués. Le premier nommé a excellé dans son déguisement de femme dans un sketch, tandis que le second s’est glissé dans le rôle d’un drogué avec une facilité déconcertante.
Alessandro Ciara et Christophe Mooneesamy ont apporté leurs touches personnelles, notamment dans le sketch mettant en scène un boxeur qui apprend que sa femme le trompe avec son coach à l’accent italien.