Le parti politique Lalit condamne les propos du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui, le mardi 5 avril dernier, a déclaré : « There are a number of issues that would need to be addressed before contemplating the formal use of the mauritian creole language in the national Assembly. As far as I am concerned, I will never accept to introduce creole language in the National Assembly ». SAJ répondait à une question du parlementaire Franco Quirin. Lalit s’interroge : « Ki sinifikasion reyel sa boutad-la ? ».
Réagissant aux propos du Premier ministre sur l’introduction de la langue kreol au Parlement, Lalit estime que la position de sir Anerood Jugnauth est « rétrograde ». Selon le parti politique, cette attitude de SAJ est « arbitraire et répressif », et continue à pourvoir l’anglais et le français à un statut privilégié, comme ce fut le cas durant la période coloniale et durant les 48 ans qui ont suivi l’indépendance de Maurice.
Cette attitude, poursuit Lalit, « va à l’encontre de la liberté d’expression ». « Le Premier ministre trouve qu’il n’est pas nécessaire que le peuple comprenne ce que les ministres et les PPS disent au parlement. Ou pire, il ne veut pas que le peuple sache ce qui s’y dit », est d’avis Lalit. Dans la même lancée, le parti politique trouve qu’il est «absurde» qu’à un moment où les débats parlementaires sont sur le point d’être retransmis en direct à la télévision, le peuple ne puisse les comprendre à cause d’une barrière linguistique.« Nou espere ki li pa res Premie minis tro lontan, si koumsa ! », déclare-t-il.
Lalit est d’avis que sir Anerood Jugnauth a un « double langage ». Pour cause, relève Lalit, l’appellation en créole du nom de l’alliance gouvernementale « Lepep », baptisée ainsi à la veille des législatives en 2014, et du fait qu’en 1977 (alors qu’il était leader de l’opposition) « SAJ ti met enn “private members motion” pou ki lang kreol servi dan Parlman ». « Avec raison d’ailleurs », précise le Lalit.
La position de sir Anerood Jugnauth par rapport à la langue kreol au parlement est également considérée comme « un mépris total pour les 94% de la population », car,  « tous les sondages effectués depuis 1977 démontrent que 2/3 de la population sont en faveur de l’utilisation du créole au parlement », note Lalit. « Li otokrat pou enn Premie minis totalman inior lopinion lepep, kan lepep ena 100% rezon », insiste-t-il.
Lalit soutient que l’introduction du créole au parlement est simple : « il suffit d’amender la Constitution et les “standing orders” (..) bizin antrenn stenograf ek transkraybers ki prepar Hansard». Tout en reconnaissant que c’est une tâche ardue, Lalit soutient que dans le passé, l’Institute for Judicial & Legal Studies a formé des transcripteurs travaillant dans les tribunaux. Lalit recommande de mobiliser une équipe de l’Université de Maurice, du Mahatma Gandhi Institute et de l’Open University pour dispenser la formation. Un comité de parlementaires devrait aussi être formé afin de travailler sur une liste d’expressions qui seront considérées comme « unparliamentary ». Dans ce contexte, Lalit souligne que « le parlement a déjà une certaine expérience pratique concernant les “unparliamentary words ”, utilisés des fois par les parlementaires ».
Lalit considère la déclaration de SAJ « an defazaz avek enn seri devlopman resan lor langaz Kreol dan Moris». Et de poursuivre: « Zordi dimounn aksepte ki langaz Kreol, li enn langaz parey kouma tou lezot langaz. Dimounn aksepte ki langaz maternel ena enn linportans imans dan sosiete. Langaz Kreol, li ena so prop lexik ek vokabiler, so prop sintax ek gramer, so striktir spesifik, so prop lortograf. Ena enn nomb grandisan liv, revi, dokiman, text relizie, poezi, pies teat, literatir kouma roman ek ti-zistwar, text pou zanfan lekol, tradiksion klasik literer, text siantifik, notis dan lagazet, kominike, lartik, lafis, trak, long metraz, kour metraz, dokimanter, dan langaz Kreol. Ena diksioner. Ena liv gramer. Ena sit internet. Ena SMS. Ena Younit MIE. Ena kour trwa liniversite. E dayer, preske totalite deklarasion ki dimounn fer dan stasion lapolis e ki servi dan tou Lakour Zistis, zot an Kreol.»
D’autre part, Lalit relève que des membres du MSM et de L’Alliance Lepep, dont des ministres et députés comme Xavier-Luc Duval, Malini Sewocksing, Mahen Jhugroo, Aurore Perraud, Stephane Toussaint, « finn dir piblikman ki zot anfaver introdir lang Kreol dan Parlman».
Pour toutes ces raisons, Lalit estime qu’il est temps que « lamas dimunn dan Moris egziz ki amand kad legal pu permet depite ek minis swazir pou koz dan nou prop langaz, osi bien ki dan Angle ek Franse».