L’association regroupant les enseignants de la langue créole dans le Prevokbek (filière Prevocational dans les collèges catholiques) a été informée hier par le Prime Minister’s Office qu’elle n’a pas le droit d’utiliser le mot “morisien” dans son nom. Et ce, alors que cette langue parlée à Maurice est officiellement connue comme le kreol morisien. Baptisée « Asociasion Profeser Lang ek Kiltir Kreol Morisien », elle attendait depuis 2009 la réponse du PMO pour poursuivre les procédures de son enregistrement auprès du Registrar of Association.
En août 2009, le Registrar of Association a informé les responsables de l’association de profs du kreol morisien qu’ils doivent avoir l’autorisation du PMO pour l’utilisation du mot “morisien” dans son nom. Elle a alors fait une demande en ce sens. Lundi dernier, soit le jour du lancement de la deuxième édition du Diksioner Morisien par Navin Ramgoolam, les profs ont obtenu la communication suivante émanant du Bureau du Premier ministre : « I am directed to inform you that your request to use the word “Morisien” in the name of your association has not been acceded to. »
« C’est absurde ! C’est aberrant ! » disent des membres de cette association. « Se fondant sur la Constitution, les autorités disent qu’aucun regroupement de personnes ne peut utiliser le terme “mauricien” ou “Maurice” ou “Mauritius” sauf l’État. La langue créole existe dans plusieurs pays et il y a une spécificité à notre “kreol” à nous. Nous faisons ressortir que dans notre cas l’association représente avant tout une langue qui est d’ailleurs reconnue officiellement comme “kreol morisien” pour la différencier justement des autres langues créoles à travers le monde », réagit Cindy Desalles, présidente de l’Asosiasion Profeser Lang ek Kiltir  Kreol. « En nous refusant d’utiliser le mot “morisien”, c’est aussi ne pas respecter l’identité de la langue que nous défendons. »
L’exécutif de l’association s’est concerté hier et a décidé d’organiser une assemblée générale des membres pour informer de cette décision du PMO. « Nous déciderons ce jour-là de la marche à suivre », disent les responsables.
Pour fonctionner légalement en attendant la réponse du PMO, l’association, sur conseil du Registrar of Association, s’est faite enregistrée sous le nom de « Asosiasion Profeser Lang ek Kiltir kreol ». Les principaux animateurs étaient convaincus qu’avec le développement remarquable survenu ces derniers temps pour la reconnaissance de cette langue par l’État leur association allait pouvoir utiliser le nom choisi dès le départ en 2009.