Lors du récent exercice d’admission en Std I pour janvier 2013, quelque 3 000 demandes pour le kreol morisien ont été enregistrées. Ce nombre, quasi-similaire à celui de cette année démontre un intérêt par des parents d’élève pour le langue maternelle. Et face à cette demande importante, le ministère de l’Education recrutera des enseignants (environ 80) pour assurer les cours dans les classes de Std I en 2013.
« Miss! Miss! Est-ce que je peux aller aux toilettes? », demande une élève à Isabelle Louise. La classe de kreol morisien est à peine finie. Lui répondant par l’affirmative, l’enseignante de langue kreol en Std I à l’école Saint-Pierre RCA, esquisse un sourire. « Les enfants ont encore un peu de mal à faire la transition entre le français et le kreol lorsqu’ils s’expriment en classe », fait-elle remarquer. Et de poursuivre : « La plupart d’entre eux ont été à la maternelle. Ils ont eu l’habitude de communiquer en français. Ici, à l’école, ils s’expriment dans cette langue avec leurs enseignants. Donc, c’est de manière naturelle qu’ils mélangent les deux langues. L’autre jour, je leur ai montré un dessin illustrant un petit garçon. Quand je leur ai demandé de me dire ce qu’ils voyaient, ils m’ont répondu en anglais: « Boy. » Cela n’arrive pas souvent, car depuis qu’ils participent à la classe de kreol morisien, ils sont conscients qu’ils sont dans l’apprentissage d’une langue à part entière. » Si l’écriture de la langue n’est pas encore au programme, les élèves d’Isabelle Louise ont toutefois appris à écrire les jours de la semaine et leur mois de naissance en kreol morissien. Mais là aussi, la confusion gagne parfois les petites têtes. Appelée au tableau blanc pour écrire le premier jour de la semaine en kreol morisien, c’est par automatisme qu’une fillette écrit « lundi » avant de rectifier: « lindi ».
Épanouissement
3 384 petits écoliers qui ont opté pour l’apprentissage de leur langue maternelle cette année à l’école, 26 fréquentent l’école primaire catholique de Saint-Pierre. « Ce qui est relativement beaucoup », explique Isabelle Louise. A l’école primaire de Quartier-Militaire où elle enseigne, également, cette langue, ils ne sont que 8 seulement. Il en est de même dans d’autres écoles gouvernementales de l’île. Aussi, l’apprentissage du mandarin et du hindi ont convaincu plusieurs enfants de la communauté créole. A l’école Saint-Pierre RCA, l’enthousiasme des élèves pour le kreol morisien s’explique aussi par la découverte d’une langue qui, paradoxalement ne leur est pas inconnue. En quelques mois, les quelque vingt petites filles et garçons des deux Std I de l’école ont appris à s’exprimer avec aisance. « La langue ne fait plus obstacle. J’ai remarqué que, qu’ils soient en classes de mathématiques ou autres, les enfants n’hésitent plus à s’exprimer en kreol pour dire ce qu’ils n’ont pas compris. De son côté, l’enseignant est aussi plus à l’aise pour donner des explications en kreol. » Si pour cette dernière, la difficulté à laquelle elle fait face dans l’enseignement du kreol morisien reste la transition entre le français/l’anglais et cette langue, toutefois, l’épanouissement de ses élèves est le point positif qu’elle relève d’emblée. « D’ailleurs, mon plus grand défi par rapport à la langue maternelle restera l’épanouissement des élèves », précise Isabelle Louise. Six mois après son implémentation dans le primaire, le kreol morisien a conquis l’enseignante. Après 18 ans dans l’enseignement de matières générales dans les écoles catholiques, Isabelle Louise, confie qu’elle a choisi d’enseigner le kreol morisien par conviction. « Je crois que lorsqu’un enfant acquiert de l’assurance et la compréhension grâce à sa langue maternelle, il est en mesure de développer ses compétences pour ne pas faire face à des difficultés basiques une fois en Std VI », dit-elle, en assurant qu’elle poursuivra sa nouvelle vocation. Comme tous les enseignants de langue kreol, Isabelle Louise entame la dernière partie du premier manuel élaboré dans le cadre de l’implémentation du kreol morisien à l’école. Selon nos renseignements, c’est dans un peu moins de deux mois que la deuxième partie du manuel sera distribuée aux enseignants.
L’année prochaine, Isabelle Louise enseignera sans doute aux élèves de la Std II. Le ministère de l’Éducation procèdera, cette année, au recrutement de 80 autres enseignants pour assurer les cours à 3 000 nouveaux élèves en classe de Std I en 2013. Une vingtaine d’entre eux sera recrutée par le Bureau de l’Éducation Catholique. D’autre part, aussitôt l’exercice de recrutement effectué, les enseignants de matières générales des écoles catholiques participeront à une initiation au kreol morisien, qu’assurera le département de la pédagogie appliquée de l’Institut Cardinal Jean-Margeot. Cette initiative, explique Jimmy Harmon de ce département, aura pour objectif de familiariser les enseignants — surtout ceux de mathématiques — au kreol morisien, langue utilisée en classe pendant l’enseignement des matières générales.