Le dos contre le mur de sa demeure à Vallijee, Kurty O’Clou prend la pose. Instrument en main, l’artisan s’exprime. C’est le langage des temps, des frappes. Celui de la ravanne. Dans son atelier, cet employé de la municipalité de 52 ans crée. Il compose, fabrique l’instrument et enseigne son utilisation à ceux qui souhaitent communiquer avec l’esprit de la ravanne. Lui, le fait en chantant et en jouant au sein du groupe Lespri Ravann, dont il est le membre le plus âgé.
En pleine préparation du festival Kaz’Out, Kurty O’Clou, qui officiera comme chef du village, nous conte son parcours.
Cette ravanne posée sur sa jambe gauche, qu’il tient de la main gauche et qu’il frappe avec celle de droite, Kurty O’Clou l’a fabriquée. De l’achat du bois et de la peau de chèvre, en passant par l’étape du pliage et du séchage, pour finir par le tissage du fil et de la peau afin de consolider l’instrument, Kurty O’Clou connaît tous les rouages de la création de la ravanne.
Sa méthode de fabrication est celle de Menwar. Sa technique de frappe, l’artisan de Résidence Vallijee l’a également apprise de l’interprète de Sizann. Il cite aussi Georges Corette. Deux grands ravanniers avec lesquels Kurty O’Clou s’est instruit au sein du groupe Mega Ravanne, il y a plus de vingt ans. “Les paroles s’envolent, l’écriture reste, dit-on. Moi, je dis : les mélodies s’envolent, mais les frappes restent.”