Un séminaire organisé par la Kyokushinkai Martial Arts Federation (KMAF) s’était tenu dimanche dernier, avec comme invité de marque le Japonais Yoshitaka Sato, champion national dans la catégorie des moyens en 2001 et 2002. En compagnie d’Aslum Jeewa, président de la KMAF, il a inculqué différentes techniques aux adeptes qui ont sans doute vécu une expérience enrichissante.
Après avoir dirigé un séminaire à l’île de La Réunion, Yoshitaka Sato a donc partagé ses connaissances avec les combattants locaux. Après les techniques de base, ces derniers ont été dirigés vers l’idogeiko pour ensuite parfaire leur savoir au niveau des techniques du kumite. C’est ainsi que le Japonais a mis l’accent sur des coups à être délivrés avec plus de vigueur et sur l’énergie à être dépensée au cours des combats. « De telles séances ne peuvent qu’être bénéfiques, surtout en vue des compétitions internationales », insiste Aslum Jeewa. D’ailleurs, même les éléments féminins présents se sont lancés dans les techniques du kumite.
De plus, au cours de ce séminaire, Yoshitaka Sato a inculqué quelques techniques au niveau des combats, notamment la façon de détourner l’attention de l’adversaire ou de l’attaquer avec l’effet de surprise quand ce dernier baisse sa garde. Selon le Japonais, l’accent doit être placé sur la précision plutôt que sur la force, alors que le pratiquant devra conserver le plus d’énergie possible au cours d’un combat. Même si le séminaire n’a duré qu’un jour, les stagiaires éprouvaient une certaine satisfaction au moment de la clôture. Satisfaction partagée par le président de la KMAF. « Il s’agit d’apprendre sans cesse, surtout les nouvelles combinaisons et techniques. L’expérience a nul doute été profitable ».