Les trois combattants mauriciens, Moobeen Jeewa, Ismaail Patel et Bilaal Ghanty n’ont pas eu la partie facile, se faisant sortir dès le premier tour des 10es championnats du monde de Kyokushin Karaté qui se sont tenus au Tokyo Metropolitan Gymnasium au Japon du 22 au 23 octobre dernier. 129 combattants venant de 70 pays avaient pris part à ce tournoi de grande envergure.
« C’était une compétition de très haut niveau avec des combattants chevronnés. Nos trois participants mauriciens ont tout donné mais malheureusement, ils ont eu à faire face à plus forts qu’eux. Je suis néanmoins très satisfait de leurs prestations. Ils n’ont pas à rougir de la défaite car ils ont donné la pleine mesure de leurs capacités », indique Aslum Jeewa, le président du Kyokushinkai Martial Arts Federation (KMAF), qui agissait comme chef de délégation et aussi en tant qu’arbitre lors de ces Championnats du Monde. Des trois combattants, Bilaal Ghanty est celui qui est tombé face au vice-champion du monde, le Japonais Tsutomu Murayama.
Le combattant mauricien a perdu son combat par wazari. Bilaal Ghanty (24 ans) a sorti une très belle performance, se battant sans aucun complexe face à l’un des meilleurs techniciens de ce sport de combat. « Il a tenté des techniques que nous avons travaillées à l’entraînement mais malheureusement, il est tombé sur un adversaire très coriace, voire imperturbable. Bilaal Ghanty n’a pas démérité et a réalisé un bon combat. Des Russes et des Lithuaniens ont été vaincus par ippon par le Japonais lors des tours suivants, ce qui démontre que le Mauricien, malgré la défaite, a livré un combat fort honorable », déclare Aslum Jeewa.
Le plus jeune représentant de la délégation, Ismaail Patel (22 ans) a lui été battu par l’Australien Sam Gilbert (triple champion national et vainqueur du All Kanto Tournament au Japon). Patel, qui participait à ses premiers Championnats du Monde, a perdu sur décision des juges. « Il a été nerveux et poussif au démarrage et à par la suite, graduellement retrouvé son niveau. L’Australien a compté sur son expérience pour remporter la victoire. Malgré cela, je pense que Patel aurait pu mieux faire s’il avait cru davantage en ses chances. C’est un très bon combattant et j’espère qu’il tirera des enseignements de ce combat et qu’il gagnera en confiance pour les futurs tournois internationaux à venir », fait ressortir le président de la KMAF.
Même son de cloche pour Moobeen Jeewa (29 ans), qui a connu la défaite sur décision des juges contre l’Ukrainien Sergii Gnes, combattant chevronné participant régulièrement aux Championnats d’Europe. Il est à noter que Moobeen Jeewa était le plus expérimenté des trois combattants mauriciens, ayant participé à quatre reprises à ces championnats du monde. Mais face à l’Ukrainien, il a trouvé plus expérimenté que lui. « Moobeen a bien débuté son combat mais il n’a pas été en mesure de tenir le même tempo tout au long des échanges. L’Ukrainien était beaucoup plus expérimenté et plus puissant. Je dois dire que les combattants européens se sont révélés être forts physiquement », a tenu à souligner Jeewa. Rappelons que Moobeen Jeewa avait participé à un séminaire de 15 jours à Nagoya avant le début des championnats.
C’est le Japonais Norichika Tsukamoto qui a été sacré champion chez les hommes, battant en finale, Tsutomu Murayama. Tsukamoto, combattant non-orthodoxe, est le deuxième japonais à être double champion du monde après Makoto Nakamura. Le premier titre du vainqueur 2011 avait été obtenu en 1996. C’est le Russe Roman Nesterenko qui est monté sur la troisième marche du podium. Il est à noter que dès huit meilleurs combattants en masculin, sept évolue au niveau professionnels. Chez les dames, la palme est revenue à la Japonaise Emi Shoguchi qui a pris la mesure de la Lithuanienne Margarita Ciuplyte. La Grecque Carolien Brix a pour sa part pris la troisième place.