Zakariyya Ozeer (à g.) tout heureux de sa prestation

Bonne prestation d’ensemble des combattants mauriciens lors de la 17e édition du All Asia Tournament de kyokushinkai. À Singapour au début de ce mois, Zakariyya Ozeer, évoluant dans la catégorie 75-85 kg, s’est retrouvé sur la troisième marche du podium, après avoir remporté trois des quatre combats disputés.

Il est à noter que Maurice était un des quatre pays invités, au même titre que le Japon, l’Australie et le Costa Rica, alors que les combattants de 23 pays asiatiques étaient également en action. Au cours des 16es de finale, Zakariyya Ozeer prenait le meilleur de Ka Kit Lin, représentant de Hong Kong par décision unanime. Par la suite, il repoussait le challenge du Costaricien Fernando Gomes également par décision unanime, avant de s’avérer supérieur au Mongol Bayarmagnai Temuulen qui, bien que solide physiquement, ne pouvait contrer les attaques du combattant mauricien.

La demi-finale opposait alors ce dernier au Pakistanais Arif Usama, qui avait de son côté éliminé le représentant du pays hôte en quarts de finale. Si Ozeer possédait un léger avantage à l’issue de la première reprise, Usama devait par la suite renverser la vapeur. « Zakariyya a confirmé ses progrès depuis qu’il avait affronté le Japonais Yuto Shoguci à Maurice. Il a su surmonter une blessure afin de pouvoir se retrouver à la troisième place. Même si nous estimons qu’il aurait pu prétendre à mieux, nous ne pouvons que saluer sa médaille de bronze », fait ressortir Aslum Jeewa, président de la Kyokushinkai Martial Arts Federation (KMAF). De son côté, Rajeev Bhobnub s’est arrêté au stade des quarts de finale. Après avoir éliminé le Chinois Wei Wei par wazaari, il devait s’incliner face au Japonais Yuki Otuobo, éventuel vainqueur de cette catégorie. Ce dernier, très mobile, a décontenancé le représentant mauricien lors de ses attaques. Maurice était également représentée en féminin par l’entremise de Farzanah Aumeer Nizar et Nabiihah Sattar.

La première nommée s’est inclinée face à la Japonaise Mia Nagao par décision unanime, après avoir tenue tête à son adversaire. De son côté, Nabiihah Sattar s’est retrouvée face à l’Australienne Phyllis Weller, qui pesait 40 kg de plus qu’elle. Néanmoins, elle s’est bien défendue, mais Weller s’est montrée plus agressive pour forcer la décision en sa faveur. Quoi qu’il en soit, la satisfaction était de mise dans le camp mauricien à l’issue de cette sortie internationale. « Nous avons pu participer à un tournoi relevé et nos combattants en sont sortis grandis.

Surtout en vue de leur participation dans des compétitions futures », soutient Aslum Jeewa, qui aura également des mots d’appréciation pour son fils Moobeen qui, à son avis, a su motiver les combattants dans leur entreprise.