Moobeen Jeewa a finalement dû attendre quatorze longues années pour se retrouver sur un podium international. Lors de la première édition du Kyokushin Knockdown Tournament tenu en Malaisie vers la fin du mois dernier, le combattant mauricien s’est retrouvé sur la deuxième marche du podium chez les lourds. Lors de la finale, il s’est incliné par décision face au Malaisien Desmond Chong. Toutefois, cette défaite lui est restée en travers de la gorge.
« Je n’étais pas à 100% lors de ce dernier combat. D’abord, j’avais été blessé au tibia gauche lors de la demi-finale, puis le fait d’être en finale m’avait enlevé une certaine concentration. Si j’étais plus concentré et si j’avais fait montre de plus de fighting spirit, j’aurais définitivement fait la différence », remarque Moobeen Jeewa. Afin de parvenir en finale, il avait bénéficié d’un bye au premier tour avant de prendre le meilleur d’un Français de 110 kg en quarts de finale et du Malaisien Arthur Chai en demi-finales.
Selon le combattant mauricien, qui a effectué le déplacement à ses propres frais suite à une invitation obtenue en janvier dernier, cette expérience aura été enrichissante. « Le niveau était élevé et les combattants cognaient fort. Toutefois, les Mauriciens font preuve de plus de technique. D’ailleurs, mon adversaire en demi-finales frappait fort sans être pour autant précis. C’est par un coup de pied circulaire au visage que j’ai forcé la décision en ma faveur », relate-t-il.
Mobeen Jeewa avait abordé cette compétition dans de bonnes dispositions, après des séances techniques et physiques pendant neuf semaines sous la supervison d’Aslum Jeewa, président de la Kyokushinkai Martial Arts Federation (KMAF), et a également suivi des séances d’entraînement en Malaisie. Ces séances étaient dirigées par trois instructeurs japonais, Kenji Midori (champion du monde en 1991), Kazuyo Miyoshi (6e dan) et Yasukazu Koi (4e dan).
À 30 ans, Moobeen Jeewa a maintenant braqué son objectif sur les prochains championnats du monde prévus au Japon en 2015. Lui qui avait participé à cette échéance mondiale deux ans de cela. Il est à signaler qu’un autre combattant mauricien, en l’occurrence Sheik Irfaan Aumeer, avait participé à cette compétition en Malaisie. Engagé dans la catégorie middle, il avait terminé à la quatrième place, alors que la médaille d’or était décrochée par Nyi Aung Winl de la province de Myanmar. Les autres pays représentés dans cette compétition étaient Singapour, Philippines, Indonésie, France, États-Unis et Japon.