L’enquête dans l’affaire Tigger, où le coursier de l’écurie Henry avait été contrôlé positif au furosémide lors de la deuxième course de la 26e journée le 10 août dernier, a démarré hier matin avec l’interrogation, entre autres, du vétérinaire de l’écurie, le Dr Hurrydev Bissessur, et du chef palefrenier du cheval incriminé, Christome Antonio. Après divers témoignages, les Racing Stewards ont ajourné les travaux à une date ultérieure.
Outre le Dr Bissessur et Christome Antonio, le Laboratory Manager du MTC, Bertrand Baudot, le vétérinaire en chef du MTC, le Dr Christian Bourdet, le Security Manager du MTC, Nawaz Rawat, et l’entraîneur Serge Henry ont été entendus hier. Ce dernier avait expliqué que Tigger a été traité au lasix (diuride 500) le mardi précédant sa course et aura donc été soumis à ce traitement avant son galop d’entraînement du 6 août.
L’analyse de l’échantillon de sang de Tigger pris la veille de sa course n’avait rien donné d’anormal. Cependant, un échantillon pris le lendemain, soit après sa course, révéla la présence du furosémide. L’échantillon B envoyé au LCH de Paris confirma, le 23 août dernier, la présence de furosémide chez ce coursier.
Pour l’équipe des Racing Stewards, ce produit a été administré à Tigger une nouvelle fois (après l’injection du 6 août). Aussi, Christome Antonio a été confronté aux images des caméras de surveillance dans l’enceinte de l’écurie Serge Henry, où il est vu en compagnie du vétérinaire Hurrydev Bissessur dans le box de Tigger peu après 5 heures du matin le vendredi 9 août. Une pratique qui relève de la routine, rappelle le chef palefrenier, et qu’il avait toutefois oublié de signaler aux RS, alors que le Dr Bissessur confirme qu’il a l’habitude de venir voir à cette heure tous les chevaux dont il s’occupe, y compris donc Tigger.
L’enquête a par la suite été ajournée.