Combien de temps le mur iranien va-t-il tenir ? Gonzalo Higuain (13’) et Sergio Aguero (22’) l’attaquent les premiers mais leurs outils ne sont pas bien huilés. Les fondations perses sont solides avec Alireza Haghighi, qui peut compter sur les briques agencées par Carlos Queiroz. Les plans de l’architecte portugais de la Team Melli ont même failli casser la baraque avec plusieurs occasions brulantes.
Javier Mascherano ne pensait peut-être pas trembler autant pour sa centième avec l’Albiceleste. Lionel Messi non plus, à trois jours de son 27ème anniversaire. Les Iraniens s’autorisent plusieurs percées, à l’image d’un Reza Ghoochannejhad pas loin de réussir là oû il avait échoué contre le Nigeria, mais sa tête trouve les mains de Sergio Romero (52’).
Celles d’Alejandro Sabella tremblent encore quand le gardien de l’AS Monaco sauve les meubles du bout des doigts sur une tentative d’Ashkan Dejagah (67’), et Reza leur donne encore des sueurs à l’approche de la fin du temps réglementaire (86’). On entre à peine dans les arrêts de jeu quand Messi passe enfin la muraille iranienne d’un coup de génie, une frappe enroulée dans le petit filet (1:0, 90’+1).
Le Petit Poucet du Groupe F a ennuyé jusqu’au bout la grande Argentine. Son sauveur, lui, a permis de contourner les embûches présentes sur le chemin des huitièmes de finale, que l’Albiceleste jouera pour la troisième fois consécutive.
Homme du Match : Lionel Messi (ARG)