Teency Bhayraw, 16 ans, est morte carbonisée dans un incendie qui s’est déclaré ce matin dans sa maison en tôle située à l’avenue Central, Camp Rodriguais à Bambous. La victime, une tétraplégique, se trouvait seule chez elle lorsque le feu s’est déclaré. Ne pouvant se déplacer, elle s’est retrouvée rapidement encerclée par les flammes. Selon des éléments d’informations qui restent à confirmer, l’incendie pourrait être dû à un ventilateur dont la défectuosité aurait déclenché un court-circuit.
C’est l’oncle de la victime, Giandev Ramooa, qui a donné l’alerte alors qu’il effectuait des travaux dans le jardin situé à côté de la maisonette en tôle. « Mo ti dan zardin. Mone vine a cote (Ndlr : il désigne une maison en construction située devant la maisonnette sinistrée) pour vine bwar in pe de lo ler la mo trouve dife dan la caz. Dife la ti pe monter la. Mo tane mo niece criyer. Mo rode pran ene lans pou teigne dife mais dife la ti tro bel. Kan mone alle rode sov zanfan la en dan, dife ti tro haute kot koulwar », relate ce dernier. Devant l’ampleur des flammes, il décide d’appeler les pompiers. L’alerte à la Control Room du 115 a été enregistrée à 10 h 15. Dix minutes plus tard, les pompiers de Tamarin étaient sur place. Leurs collègues de la station de Quatre-Bornes sont par la suite arrivés en renfort.
L’adolescente se trouvait seule dans la maison en tôle. Selon des proches, elle avait l’habitude d’accompagner sa mère, qui vend des gâteaux, sur son tricycle, mais aujourd’hui, elle était restée à la maison. Cette dernière, ne pouvant se déplacer seule, en l’occurrence poussée sur son fauteuil roulant, se trouvait alors sur son lit. « Elle avait l’habitude de regarder la télévision. Elle aimait la musique », témoigne sa tante Artee. Teency Bhayraw s’est retrouvée piégée par les flammes, ne pouvant rien faire pour sauver sa vie.
Bien que les circonstances de l’incendie restent encore à être établies, selon les premiers éléments d’informations, le sinistre pourrait cependant avoir été causé par un ventilateur défectueux, qui serait à l’origine d’un court-circuit. Peu après que l’incendie ait été circonscrit, les éléments du Police et de la Scene Of Crime Office (SOCO) ont relevé des indices susceptibles de déterminer la cause de l’incendie à l’intérieur de la maison de tôle, qui comprenait quatre pièces. Le médecin légiste de la police, le Dr Maxwell Monvoisin, est arrivé sur les lieux vers 13 h pour un premier examen du cadavre de la victime. Le corps de l’adolescente devait par la suite être transporté à la morgue du Princess Margaret Orthopedic Centre (PMOC), à Candos, à des fins d’autopsie.
En attendant, la douleur était palpable chez les proches de la jeune fille à la mi-journée. Rekha Sambhoo, sa mère, était inconsolable. « Mo le mo zanfan », lançait-elle.