Ce que nous avons considéré comme le duo infernal du Champ de Mars durant ces deux dernières années, la commission d’enquête sur les courses présidée par Richard Nicholas Parry a estimé que cette relation est avant tout des relations d’amis. C’est du reste pour cette raison qu’en 2013 lorsque Ian Paterson revient au Mauritius Turf Club  après un «unexpected return from Qatar in Febuary 2013»,c’ est considéré par la commission Parry comme une décision personnelle du président d’alors, Gilbert Merven.
En effet, dans sa démarche pour comprendre les raisons du «reappointement» de Ian Paterson comme Chief Stipendiary Steward en 2013, la commission a obtenu des explications pour le moins conflictuelles
«on who precisely appointed him, how he was appointed and why».  De ce fait la commission est arrivée à la conclusion que l’explication la plus plausible est que le retour de Ian Paterson au MTC «was a personnal decision taken by the President of the MTC because of his friendship with Paterson. Paterson himself was wholly unconvincing ot these matters and why he subsequently stepped down from the post.», écrit entre autres les rédacteurs du rapport.
Mais plus grave encore, la commission note que la décision de retirer notre compatriote Stephan de Chalain du poste de Chief Stipe comme irrationnelle. «The Commission had difficulty in understanding the MTC’s rational for this decision, given there was no suggestion that Stephan de Chalain had underperformed in the role throughout Paterson’s absence and the significant amount of negativity around Paterson’s performance before he left to go to Qatar in 2010, together with the precise reasons for his leaving Qatar to return to Mauritius», peut-on lire à la page 25 du rapport.
La commission a aussi constaté que le retour aux affaires de Ian Paterson n’a pas amélioré l’image de marque des courses mauriciennes. « The Commission assesses that the shambolic way in which the MTC managed the key role of Chief Stipendiary Steward has had a significant negative effect on the integrity of Mauritian horse racing», note encore le rapport où la commission souligne avec force que le MTC est allé jusqu’à dépenser de l’argent pour envoyer Stephan de Chalain à Hong Kong pour une conférence internationale, mais avant qu’il ait pu apporter des changements dans les courses à Maurice a été remplacé par une personne (ndlr: Ian Paterson) qui aux yeux de beaucoup de personnes «already failed».
«Bringing the reputation of the MTC into disrepute»
«The Commission considers that the MTC and in particular the President who, against the wishes of many of his colleagues, brought Paterson back, have a heavy responsibility for that state of affairs.  The Commission judges, on the evidence it has heard and read, that the actions of Ian Paterson during his two terms of office as Chief Stipendiary Steward were instrumental in bringing the reputation of the MTC into disrepute», avance encore Richard Parry et ses deux assesseurs dans le rapport.
Pour clouer le tout sur l’axe confirmé entre Ian Paterson et  Gilbert Merven, le rapport considère que ce dernier a une très grosse responsabilité «in the state of the affair».  Car l’ex-président du MTC a installé Ian Paterson dans la chambre des commissaires des courses contre le souhait de «many of his colleagues». Le rapport souligne avec force que dans le rapport intérimaire et confidentiel qui fut soumis au Président de la République le 28 novembre 2014 le nom de Ian Paterson «were raised» par plusieurs personnes, au cours de leur enquête, comme un homme dont l’intégrité, le fairness et la compétence sont douteux.  De ce fait, la commission a même identifié une liste de courses dont ses décisions comme Chief Stipe «raise  serious concerns.»