Les MEP, les prêtres des Missions étrangères de Paris (MEP), ont contribué depuis le XVII siècle à l’évangélisation de nombreux pays d’Asie en envoyant des missionnaires, dont 23 ont été béatifiés ou canonisés. Ces missionnaires qui constituent une famille dont la mission consiste à porter l’Évangile et son message d’amour se sont donné beaucoup de mal pour étudier les langues asiatiques et ont grandement aidé à l’éducation de la population. Les contacts établis ont facilité leur rapprochement avec les pays d’Europe.
Lors de leur voyage vers l’Asie, certains des voiliers et navires transitaient par Maurice, ce qui a permis aux missionnaires MEP de faire escale dans notre pays.
Un bienheureux et un saint de cette congrégation missionnaire ont fait escale dans l’île lors de leurs voyages entre l’Europe et l’Asie.
En 1772, Jean-Martin Moye, prêtre des Missions étrangères de Paris, est de passage à Maurice en attendant le vaisseau qui va le ramener en France. Lors de son séjour de convalescence à Pamplemousses, il se dévoue spécialement à l’apostolat auprès des esclaves du quartier. Il a été béatifié par Pie XII le 21 novembre 1954.
En 1820, Laurent Joseph Marius Imbert (1796-1839), un autre prêtre des Missions étrangères de Paris, a fait une escale de deux semaines à Maurice et il a célébré la messe dominicale au mois d’août ainsi que la fête de l’Assomption, le 15 août. Il a été martyrisé en Corée, et canonisé par le Pape Jean-Paul II le 6 mai 1984, à Séoul.
Ces missionnaires partageaient aussi les crises que connaissaient les populations parmi lesquelles ils vivaient. Pendant le XXe siècle, la montée du communisme dans les pays d’Asie a entraîné des guerres et des persécutions de chrétiens au Vietnam, en Chine, en Corée. Les missionnaires, considérés comme des étrangers indésirables, ont fait face à des arrestations injustifiées et ont été expulsés. Ils ont alors cherché d’autres pays de mission comme Madagascar et Maurice.
C’est ainsi que notre cardinal Margéot dans son ouverture d’esprit et son grand coeur a accueilli les premiers Pères MEP à Maurice. Chacun des pères en mission au pays avait déjà un parcours et une expérience missionnaire qu’il se plaisait à partager lors des visites dans les familles mauriciennes, nous faisant ainsi prendre conscience de tout le travail accompli, parfois dans des conditions très difficiles, pour certains après des séjours en prison avant d’être expulsés en raison de leur statut de missionnaires et des prêtres étrangers.