Lekol sime lespwar a été lancée il y a quatre ans par l’Organisation Fraternelle (OF) de L’Escalier. L’objectif était de venir en aide aux enfants de Std V et du CPE ayant des difficultés à l’école. Pour cela, l’école a pu compter sur le soutien d’Omnicane, principal opérateur économique de la localité. Au cours de ce parcours, l’organisation a enregistré des taux de réussite encourageants au CPE, dont un sans-faute à l’école de La Sourdine il y a deux ans. Le sérieux et le dévouement de l’OF ont mené à un renouvellement du soutien de l’Omnicane Foundation cette année encore.
La chute de la performance des deux écoles du village et la dégradation des moeurs parmi les jeunes ont poussé les membres de l’OF de L’Escalier à mettre en place Lekol sime lespwar. Nicol Charles, président de l’organisation, explique : « Les travailleurs sociaux que nous sommes ne pouvaient rester les bras croisés devant la situation. C’est ainsi que nous avons décidé de venir en aide à ceux en difficultés. Il était très important que ces enfants ici présents aient tous une chance égale de réussir. »
Selon lui, tout n’a pas été rose au début, mais avec le soutien de tout un chacun et la bonne volonté des membres, le projet a avancé. Après les enseignants habitant le village, l’OF s’est tournée vers Omnicane pour soutenir financièrement ce projet. « Nous remercions Omnicane d’avoir cru en nous. Grâce à son soutien, le projet est aujourd’hui une réussite », a fait ressortir Nicol Charles.
Pour preuve, il a indiqué que sur 30 enfants, 70 % ont réussi au CPE lors de la première année, alors que pour la deuxième année, le pourcentage était de 65 %. Avec l’abolition des repeaters en 2012, il y a eu 100 % de réussite sur les 10 inscrits, alors que pour cette année, l’OF espère atteindre la barre de 70 % pour les 30 élèves qui seront engagés aux examens du CPE.
Nicol Charles dit cependant on inquiétude en constatant que certains enfants ne savent pas écrire, ni compter et que dans ces conditions, c’est l’échec assuré au CPE. C’est la raison pour laquelle une classe d’alphabétisation a été lancée. « C’est un grand pas en avant. De plus, nous venons de lancer une école de musique pour les enfants de 12 à 18 ans sur 32 semaines et dirigée par un professeur qualifié. Nous envisageons pour bientôt une connexion à l’internet, afin d’être en phase avec le développement. »
Le président de l’OF a ajouté que la création d’une école de parents est également envisagée pour l2015, alors que le mois prochain, soit du 2 au 10 août, l’OF organisera une semaine civique avec toute une série d’activités. « L’OF est une organisation qui oeuvre dans le social. Nos activités sont ouvertes à tous sans distinction de race, de couleur ou de communauté. Car nous travaillons dans l’intérêt de tous les habitants de L’Escalier. Je remercie MM. Naidoo et Mahesh pour leur gros soutien au niveau de l’encadrement de ces enfants, sans oublier tous les autres professeurs et bénévoles qui aident ces enfants après les heures de classe », souligne Nicol Charles.
Parmanund Mahesh, qui compte de très longues années dans l’enseignement, s’est lui engagé comme volontaire dans ce projet. Il salue l’initiative de l’OF pour ce projet qui touche toutes les couches sociales et toutes les communautés. Il a également remercié l’Omnicane Foundation pour son soutien important. « Le travail n’a pas été facile au départ, mais avec le soutien des membres de l’OF et les anciens maîtres d’école et inspecteurs, nous sommes aujourd’hui très fiers de ce qui a été enclenché et des bons résultats surtout. »
Parmanund Mahesh a salué la détermination des enfants et a demandé aux parents présents de participer eux aussi activement à leur épanouissement. « Pour que l’enfant soit encouragé et motivé, il est très important que ses parents s’impliquent. Ils doivent se montrer concernés et prendre le temps de discuter avec lui après l’école et s’attarder sur ses travaux. Les valeurs humaines doivent non seulement venir de l’école, mais des parents surtout. Je lance un appel aux parents, ne délaissez pas vos enfants pour ne pas le regretter plus tard. »
Sergio L’Enflé et Julien Coulon, deux enfants ayant bénéficié de ce projet ont témoigné du changement que l’encadrement de l’OF a apporté à leur parcours scolaire. Tandis que le premier se prépare activement pour les prochains examens du CPE, le deuxième a lui, brillamment réussi l’année dernière avec 18 unités et fréquente un collège d’État. « Quand je suis venu ici j’avais de grosses difficultés à l’école. Grâce à l’encadrement que j’ai eu, j’ai pu réussir mes examens. »