L’évêque de Port-Louis, Monseigneur Maurice Piat a, lors de son homélie de la messe du 1er-mai, vendredi, à St Julien, plaidé pour une société plus juste et équitable. “La valeur du travail doit refléter les conditions du travail”, dit-il,  tout en rappelant qu’un travailleur n’est pas simplement un instrument mais un être humain à part entière.
Accentuant sur l’amour de Jésus sur les familles mauriciennes, Monseigneur Maurice Piat a souligné que les travailleurs doivent, eux aussi, adopter une attitude qui honore le travail. “Nou comportement na pas bizin fer travay perdi so valer”, a-t-il dit. Et d’ajouter: “Saken ena so responsabilité a jouer pu donn valer ki Jesus donn au travay. Nou bizin travay honnêtement et franchement.”
Mgr Piat a auparavant dénoncé les inégalités sociales qui se creusent davantage entre les plus hauts de l’échelle sociale et les plus bas. “Inegalité salaire amen boku mefaits ek consekans, dont bann seki bizin ale rode travay letranger”, dit-il, avant de préciser qu’il en a côtoyé certains alors qu’il était en convalescence à l’étranger.
Rappelant que les travailleurs étrangers exerçant à Maurice “pann vinn cokin nou travay”, Maurice Piat dit qu’il faut que les entreprises mauriciennes investissent davantage dans les formations en vue de former leur skilled workers.
L’évêque de Port-Louis a également eu une pensée pour la petite Helena Gentil, 11 ans, froidement assassinée. Et d’affirmer qu’il est du devoir des adultes de protéger les enfants.