Constat accablant à Souillac, actuellement sous les feux des projecteurs avec les dispositions prises par les autorités mauriciennes quant au virus Ebola: les enceintes de l’ancien hôpital ont disparu. Gravats, lits délabrés, toitures et branchages s’offrent désormais à la vue des personnes se rendant à l’hôpital de Souillac. Plusieurs décennies d’Histoire ont, en deux semaines, été balayées par des pelleteuses. Des travaux effectués sans consultation avec les habitants qui déplorent que ce village historique perd ses attraits, d’autres bâtiments célèbres dans la région étant laissés à leur sort.
Les bâtiments qui auraient servi de casernes en 1834 pour les marins des bateaux mouillant à Port-Souillac ne sont plus. En deux semaines, tous les murs ont été rasés. Du Ward 1 à la Pharmacie en passant par les Casualties… tout a été détruit. Ne reste que la cuisine au toit rouge qui servait jusqu’à tout récemment de mess aux employés de l’hôpital.
Un pan d’Histoire rasé en quelques jours, sous prétexte, selon les employés de l’hôpital, que le bâtiment, en état de délabrement, était infesté de rats et autres nuisances. Certes, l’ancien hôpital de Souillac, qui date de plusieurs décennies, était en piteux état. “Mais pourquoi détruire, sans aucune gêne, un patrimoine national?”, se demandent les habitants de la région, affligés du constat. Nos questions au ministère de la Santé sont demeurées jusqu’ici sans réponse. À Souillac, les employés avancent que l’entretien de ce bâtiment, qui ne servait à rien, était trop coûteux.
Ce qui laisse d’aucuns sceptiques car depuis plusieurs années, ces anciens locaux ont été laissés à l’abandon. Ce alors qu’en 1997, lorsque le projet d’un nouvel hôpital devait voir le jour, l’ancien ministre de la Santé, Kishore Deerpalsing, suivant les protestations à la suite de la démolition de certaines salles délabrées, avait donné l’assurance que la partie restante du bâtiment colonial serait conservée. Selon nos informations, Rs1.3 M avait été déboursées à l’époque pour restaurer la toiture des bâtisses restantes avec pour objectif de préserver notre patrimoine national.
Cependant, au fil des années, le pouvoir changeant de mains, rien n’a été fait pour préserver cet ancien hôpital, en dépit des récents travaux d’envergure entrepris par les autorités pour que Souillac soit doté de différents départements de soins. “On a laissé l’ancien hôpital à l’abandon total. Le bâtiment pourrissait à vue d’oeil. Il n’y a que la cuisine qui servait de mess aux employés”, raconte un doyen du village. Et de faire ressortir que même la Commission chargée de s’assurer de la préservation du patrimoine national, le National Heritage Trust Fund (NHTF), “ne s’est jamais soucié” de la conservation des bâtiments historiques du village. Nous avons vainement essayé d’avoir la version du président, qui est resté injoignable, car en réunion avec le ministre…