“Il n’existe aucun travail qu’une femme ne puisse faire du moment qu’elle le souhaite vraiment.” Reshma Rughooputh est Senior lecturer en génie civil à l’université de Maurice depuis six ans. Le métier d’ingénieur, elle le connait. Elle nous explique, avec un sérieux attrait pour la complexité de phénomènes physiques, la mécanique du génie civil au féminin.
Dotée d’un charisme désarmant, Reshma Rughooputh, ingénieur civil de formation, nous reçoit dans son bureau au 6e étage de l’Engineering Tower de l’Université de Maurice, soit l’incubateur des futurs ingénieurs de l’île. Le 23 juin dernier a marqué la Journée de la femme ingénieur à Maurice et dans le monde entier. A cette occasion, un atelier de travail autour du thème “Engineering – a challenging profession for women” avait été organisé à l’université de Maurice avec la collaboration de l’Institution of Engineers Mauritius(IEM). Plus de 70 participants étaient présents, dont plusieurs diplômés, des ingénieurs et des représentants de l’IEM entre autres.
“C’est la première fois que nous célébrons cette journée à Maurice. Cet événement annuel a été créé par la Women’s Engineering Society (WES) UK, en 2014 pour célébrer la femme ingénieur, valoriser son parcours et surtout encourager la jeune génération à suivre cette voie. Nous célébrons cette journée le 23 juin, car elle coïncide avec la date de création de la WES en 1919. En organisant l’Internationale Women in Engineering Day 2017 (INWED17), nous nous engageons à célébrer la femme dans ce domaine et à sensibiliser et encourager les femmes à s’embarquer dans la filière des Science, Technology, Engineering, Maths (STEM)”, explique la jeune ingénieur.