C’est avec stupeur que nous avons appris le décès de Naz Teeroovengadum. Un décès survenu hier en fin d’après-midi au gymnase Navin-Soonarane à Ébène, alors qu’il venait de disputer une rencontre de badminton avec sa fille unique, Judith. Mandée sur les lieux, la SAMU devait constater son décès.
C’est sur une aire sportive que cet homme de 62 ans, qui a laissé son empreinte au sein de quelques fédérations sportives, a rendu son dernier soupir. La coïncidence veut que son appel, suite à une mesure disciplinaire prise à son égard en janvier dernier, devait être entendu ce soir au cours d’une assemblée générale spéciale de l’Association mauricienne de volley-ball (AMVB).
Naz Teeroovengadum, dirigeant de la première équipe des Trotters au cours des années 1970, s’est fait réellement connaître en 1987 quand il accédait au poste de secrétaire administratif de l’AMVB. Il devenait ainsi le bras droit de feu Roby Harel, alors président. Il occupera ce poste pendant trois ans avant d’être remplacé par Roland David.
Au cours des années 1990, la Fédération mauricienne des sports corporatifs era créée et il agira comme secrétaire administratif, avec de nouveau Roby Harel à la présidence. En conflit avec quelques dirigeants de cette fédération par la suite, il se retrouvera plus tard au sein de l’Association mauricienne de badminton. De nouveau en conflit avec les dirigeants de cette instance, il était débouté lors d’un jugement rendu deux semaines de cela suite à une réclamation de Rs 500 000.
De nouveau membre de l’AMVB en 2007, il occupera également la fonction de secrétaire du Centre de Formation. Il démissionnera finalement de ces deux instances et se consacrera au Club Sportif Trotters de Quatre Bornes dont il était le président. Au bout du compte, Naz Teeroovengadum laisse l’image d’un homme qui n’avait pas sa langue dans sa poche et qui savait défendre ses idées avec une conviction dont lui seul avait le secret. Quitte à se faire plus d’ennemis que d’amis.
Frère aîné de Bharun et de Kaysee Teeroovengadum, respectivement président et secrétaire de l’AMVB, il était un des rares dirigeants sportifs à connaître la Sports Act et les différents règlements techniques sur le bout des doigts. Ce matin, Bharun Teeroovengadum nous apportait le témoignage suivant : « Naz n’était sans doute pas d’accord avec moi sur une certaine philosophie du sport. Toutefois, malgré toutes les divergences, un frère reste un frère. C’est pourquoi nous apporterons tout le soutien voulu à sa veuve et à sa fille. »
Les funérailles de Naz Teeroovengadum ont eu lieu en début d’après-midi. À ses proches, la rédaction sportive du Mauricien présente ses vives sympathies.