L’Université de Maurice (UoM) s’est distinguée lors de la 23e African Moot Court Compétition (concours africain de simulation de procès des droits de l’Homme), qui s’est tenue à l’Université de Nairobi, au Kenya, du 1er au 6 septembre. Le prix du “Best Memorial” a ainsi été attribué à Karishma Purseed et Davissen Munisami, deux étudiants en droit de l’UoM. Ces derniers ont également pris la 4e place dans la catégorie “Meilleure équipe anglophone”.
Cette compétition, qui est une initiative du Centre pour les Droits humains, a vu la participation de 50 universités africaines à des débats, qui tournaient, cette année, autour des peuples indigènes en Afrique et du droit au développement. Durant ce concours, les étudiants en droit de différentes universités africaines ont été invités à simuler un débat sur un cas fictif lié aux droits de l’Homme, présentant leurs plaidoiries devant une Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples fictive. L’occasion pour les deux étudiants de l’UoM de se démarquer et de démontrer leurs compétences dans un cas se rapportant aux Droits de l’Homme. Selon Amar Mahadew et Valérie Uppiah, chargés de cours en droit à l’UoM, Karishma Purseed et Davissen Munisami se sont bien préparés avant cette compétition. « Nous sommes très satisfaits des résultats car c’est la première fois que l’UoM décroche le prix de “Best Memorial” dans ce concours. Pour être à la première place dans cette catégorie, les plaidoiries écrites doivent être d’un bon niveau et tenir la route. Cette récompense est une fierté pour la faculté de droit et pour l’UoM », fait ressortir Amar Mahadew.
Les deux étudiants déclarent que c’était « une vraie aubaine » de participer à cette compétition. Selon eux, l’initiative de l’UoM et de leurs chargés de cours est à saluer car, grâce à cette compétition, ils ont rencontré d’autres étudiants africains et appris davantage sur les cas se rapportant aux Droits de l’Homme.
Par ailleurs, la faculté de droit et de gestion de l’UoM envisage d’accueillir cette compétition en 2017. Selon Valérie Uppiah, l’UoM dispose de toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir l’événement, et ce sera l’occasion de promouvoir l’université dans le milieu académique en Afrique.