Les hauts cadres d’Omnicane ont organisé, jeudi après-midi, une réunion explicative au cours de laquelle ils ont tenu à rassurer les habitants du village de L’Escalier que la production de bioéthanol, dont le lancement est prévu pour le dernier trimestre de 2013, sera sans danger pour eux. Des explications peu convaincantes pour les habitants, qui maintiennent leur marche de protestation ce dimanche à 11 h.
Rajiv Ramlogun, Group Chief Sustanainability Officer d’Omnicane, a expliqué au Centre social de L’Escalier que le bioéthanol est une source d’énergie verte et renouvelable qui remplace une partie de l’essence, de 5%, 10% voire même à 20%. La capacité de production de bioéthanol par Omnicane sera de 25 millions de litres par an. Ce produit sera surtout destiné au marché européen, à moins que d’ici là, le producteur ne parvienne à un accord avec les autorités mauriciennes pour le marché local.
Omnicane Milling Operations Ltd a ainsi investi Rs 1 milliard dans la réalisation de sa distillerie de bioéthanol. Cette distillerie fera partie du cluster industriel de La Baraque, qui comprend notamment l’usine de sucre, la raffinerie et la centrale thermique.
Avec l’aide de supports visuels, Rajiv Ramlogun s’est longuement appesanti sur les raisons qui ont poussé Omnicane à s’implanter à La Baraque à l’Escalier. D’abord, l’endroit est bien situé, soit à une distance d’au moins 850 mètres des maisons les plus proches, contrairement à Alcodis qui se trouvait à 100 mètres des habitations. Ensuite, toutes les matières premières, de même que l’électricité, sont disponibles sur place.
Mettant en exergue le fait que ce principal opérateur économique de la région est pionnier dans le passage de l’industrie sucrière à l’industrie cannière à Maurice, le Group Chief Sustanainability Officer d’Omnicane a fait ressortir qu’après l’implantation de la centrale thermique et de la raffinerie, ce sera au tour de la distillerie de bioéthanol qui, soutient-il, forme partie de la Multi Annual Adaptation Strategy 2006-2015 établie par le gouvernement de Maurice et l’Union Européenne dans le cadre de la réforme de l’industrie sucrière.
Avec le transfert d’une partie des anciens équipements en état de marche d’Alcodis à Rose-Belle, le conférencier a fait ressortir que des experts ont fait le déplacement à Maurice pour une évaluation. « L’unité a été améliorée, l’unité d’évaporation de vinasse est en bon état et nous avons mis en place une nouvelle unité de fermentation fournie par les experts français d’HONORE SAS. »
Le stockage des produits se fera dans des cuves fermées, ce qui évitera des problèmes liés aux mauvaises odeurs. La vinasse, sous-produit de la distillation de mélasse en éthanol, sera convertie en concentrated molasses stillage (CMS) qui sera par la suite utilisé par l’usine Island Renewable Fertilizers pour la production de biofertilisant.
Les effluents seront ensuite dirigés vers une unité de traitement « moderne » et l’eau sera réutilisée pour des besoins d’irrigation. Un appel d’offres international pour la gestion de cette unité de traitement a été lancé.
Gérard Chasteau de Balyon, responsable du cluster industriel de La Baraque, a précisé qu’avec l’entrée en opération de la distillerie, Omnicane fonctionnera comme un « cercle fermé ». « Tous les déchets seront réutilisés. Nous avons la détermination de faire les choses bien », a-t-il soutenu.
En ce qui concerne l’impact sur l’environnement, une étude a été réalisée par Arup Sigma et soumise au ministère de l’Environnement en octobre 2011. C’est suite à cette étude qu’Omnicane a obtenu son Environmental Impact Assessment (EIA) Licence en mai 2012.
Par ailleurs, une cinquantaine d’emplois pour les jeunes diplômés dans le domaine technique seront créés avec l’entrée en opération de la distillerie.
Les partenaires d’Omnicane dans la réalisation de ce projet sont : Alco Group, compagnie belge spécialisée dans la production et la distribution de l’éthanol en Europe ; HONORE SAS, compagnie française spécialisée dans le design et la construction de distilleries ; Air Liquide, leader mondial de la production de gaz carbonique ; et Island Renewable Fertilizers, pionnier dans l’utilisation du CMS pour la production de biofertilisant à Maurice.
Malgré toutes ces garanties, les forces vives de l’Escalier n’en démordent pas, affirmant que les promesses formulées dans le passé n’ont pas servi à grand chose puisqu’ils ont souffert de la pollution de l’air et de l’eau. Fort de ses arguments, le porte-parole Fazal Ameerbeg demande ainsi aux habitants de L’Escalier de se joindre à eux pour cette marche pacifique de protestation. Celle-ci débutera à 11 h 00 auprès du Terminus à la Sourdine, pour se diriger vers la Fondation d’Omnicane à La Baraque.