Le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee et l’ambassadeur de France à Maurice, Laurent Garnier, ont procédé au vernissage de l’exposition internationale itinérante “La Belle peinture 2”, hier soir à Phoenix Les Halles. Lors de son intervention, M. Garnier a affirmé que « le choix de Maurice s’est imposé en raison de son dynamisme économique et de sa volonté de se positionner comme un “hub” culturel régional ».
La Belle peinture 2 a vu le jour en 2010 à Istanbul sous l’intitulé « La Belle peinture est derrière nous ». Itinérante et de niveau international, l’exposition propose un regard croisé original entre les artistes français et ceux du pays d’accueil. Pour l’ambassadeur de France à Maurice Laurent Garnier, elle « fera date dans l’histoire de nos relations culturelles ».
L’ambassade de France, par le biais de l’Institut Français de Maurice (IFM), a souhaité présenter cette exposition dans l’océan Indien, à l’écart des grands échanges culturels et du marché de l’art, pour encourager l’affirmation des talents sur la scène internationale et leur insertion dans cette dynamique mondiale. Soulignant que la coopération entre Maurice et La Réunion dans le domaine culturel est important, M. Garnier espère des retombées positives entre les deux îles dans le domaine de la création contemporaine. Il s’est réjouit du partenariat entre l’IFM et le secteur privé mauricien.
Le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee a, quant à lui, accentué son discours sur « la vision du gouvernement de faire de Maurice la première île-cité artistique et culturelle » du monde. « Nous allons tout faire pour que l’art trouve une place de choix à Maurice », affirme-t-il, en soulignant que le livre blanc sur la culture, déjà prêt, va dans ce sens.
Le ministre a conseillé à tous d’acheter un tableau. « Investissez dans l’art comme vous investiriez dans un autre créneau. L’art est une valeur sûre, aussi sûre que l’or. C’est une valeur refuge », a conclut M. Choonee.
La Belle peinture 2 présente 80 oeuvres d’une quarantaine d’artistes mauriciens, africains et français, dont des Réunionnais. Le principe de cette exposition est qu’une partie des oeuvres changent selon l’endroit où elle est présentée. Les 1 000 m2 de Phoenix Les Halles, mis à la disposition des organisateurs pour cette manifestation, se présentent dès lors comme un lieu idéal pour une exposition d’art de cette envergure, où les tableaux, dont beaucoup sont en grand format, sont mis en valeur. Le visiteur jouit d’une très belle vue d’ensemble sur une bonne partie de l’exposition, indépendamment du lieu où il se trouve. Il peut à loisir déambuler dans les salles, séparées la plupart du temps de grandes vitres, pour admirer les oeuvres proposées : peintures à l’huile, acryliques, installations, vidéos, photographies… D’inspirations diverses, les sujets traités sont nombreux et reflètent les passions et les préoccupations des uns et des autres.
Le public est invité à venir découvrir, en grand nombre, une nouvelle génération d’artistes qui se nourrissent à la fois de l’histoire de la peinture et de leurs contemporains. Pour la commissaire de l’exposition, Eva Hober, à travers ce projet initié par le directeur culturel de l’ambassade de France à Maurice, Jean-Luc Maslin, ancien directeur de l’Institut français de Turquie, « au-delà de la question de la filiation, des pages de l’histoire de l’art sont en train de s’écrire sous nos yeux ».
L’exposition est ouverte au public depuis ce matin et durera jusqu’au 15 décembre. Heures d’ouverture : du lundi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 10h à 13h. L’entrée est gratuite.