— Alors, quelles sont les news ? Comment tu passes ton confinement ?
— En tout cas, chez moi, ma maison est complètement en bas la haut, je peux te dire. Je ne sais plus quoi faire.
— Mais pourtant tu avais rempli deux caddies au supermarché vendredi, non ? Tu dois avoir des provisions pour au moins deux mois.
— Le problème ce n’est pas le manger, mais ma maison elle-même.
— Tu ne vas pas me dire qu’il y a un « nam » dans ta maison ! Avec cette quantité de statues de saints qu’il y a chez toi, là !
— Arrête, donc. Je ne sais où sont les choses chez moi. Moi, je vais au supermarché, j’achète tout ce que la bonne me dit qu’on a besoin et c’est elle qui range et roule la maison. Quand j’ai besoin de quelque chose, je lui demande et elle me donne. Mais avec ce confinement elle ne vient pas travailler et c’est moi qui dois tout faire dans la maison.
— Ton bonhomme aurait pu te donner un coup de main, quand même !
— Vaut mieux pas. Hier, il a voulu mettre de l’ordre dans le jardin, couper le gazon et les bambous.
— Au moins il fait quelque chose dans la maison. Mon bonhomme, lui, il ne fait que regarder les sports à la télévision.
— Le mien aussi, après avoir bousillé la tondeuse en passant sur une roche, cassé les cisailles en se coupant et a pris un mari coup de soleil. Depuis, il se soigne en regardant la télé et en buvant de la bière !
— Et je parie qu’il te réclame un câlin de temps en temps pour calmer sa douleur
— Ça, il peut toujours attendre. Moi, j’applique les mesures du confinement : garder une distance d’au moins un mètre entre les personnes !
— J’espère que tes enfants te donnent un coup de main, au moins ?
— Ça aussi vaut mieux pas.
— Pourquoi tu dis ça ?
— Le premier jour, j’ai dit à ma fille de passer l’aspirateur et à mon petit bonhomme de faire la vaisselle. Ma fille ne sait pas se servir de l’aspirateur, elle prend un balai et maison est plus sale qu’avant. Mon ti bonhomme a cassé un quart de la vaisselle qu’il devait laver. Si je le laisse faire, on n’aura plus de vaisselle à la fin du confinement.
— Ils sont terribles comme ça ?
— Ils ne savent rien faire à part regarder des clips de rap sur YouTube, je te dis ! Il faut tout leur montrer tout. Comment faire leur lit, nettoyer leur chambre, ne pas salir leur linge, ramasser leurs affaires : ce sont des bâtards mal élevés, je te dis. Je dois tout faire dans la maison, de A à Z, toi !
— Tu n’as pas demandé à ta bonne de venir en cachette ?
— Bien sûr que je lui ai demandé, mais elle n’a pas voulu, elle dit qu’elle a peur de se faire attraper par la police. Franchement te dire, je ne savais que c’était aussi minante de trier le linge sale avant de le laver, de le mettre à sécher, de le ramasser et surtout de le repasser. C’est horrible, toi. Avant, on mettait le linge sale dans le panier et le lendemain il était lavé bien propre et repassé. La cuisine, je ne te dis pas !
— Mais je croyais que tu étais un cordon-bleu moi, avec tous ces plats bien décorés que tu apportes dans les dîners de famille.
– Ça souvent je commande ou alors je fais, une fois de temps en temps. Mais c’est la bonne qui prépare, elle épluche, coupe, tranche, fait bouillir tout ça. Ça, je peux faire, mais le manger de tous les jours ?
— Tu n’as qu’a prendre des take aways ayo, j’ai oublié que tout est fermé avec le confinement.
— J’avais fait un stock, mais il n’y a plus rien. On a fini toutes les pizzas, les burgers, les boulettes et il ne reste que les mines Apollos. Il faut donc cuire matin et soir et c’est mari compliqué, toi. Je me demande comment la bonne faisait.
— Mais ce n’est pas difficile de faire un bouillon de brède, un étouffé de légumes, une fricassée de grain et une rougaille, tout de même !
— Mais ça prend un temps infini, toi. Il faut laver le riz, nettoyer les légumes, mettre le grain à tremper, couper les pommes d’amour, écraser les épices et veiller la cuisson. Ça prend un temps fou, je te dis. Et tu connais pas la meilleure, toi !
— Quoi ?
— Apres avoir passé des heures dans la cuisine, mon bonhomme et les enfants lèvent le nez et disent que mon manger ne vaut pas celui de la bonne ! Et pourtant je fais pareil comme elle, mais moi je n’ai pas sa main et sa force. Je n’en peux plus, je te dis.
— Excuse moi de te demander ça : mais avant le confinement, qu’est-ce que tu faisais dans ta maison ?
— Tout quoi enfin je disais à la bonne tout ce qu’il fallait faire et cuire et j’allais travailler. Quand je retournais, épuisée, tout était fait : la maison en ordre, le linge lavé, repassé, le manger cuit et je me détendais en regardant mon feuilleton. Aujourd’hui, sans la bonne, je ne peux pas vivre. Si j’avais de la place ici, je lui demanderais de venir habiter avec moi, je te dis.
— Maintenant que tu as réalisé tout ce qu’elle fait dans ta maison, j’espère qu’après le confinement tu vas donner une bonne augmentation à ta bonne.
— Ah bon ? Et pourquoi, s’il te plaît ?
— Toi-même tu viens de dire que sans elle ta maison ne roule pas.
— C’est pas une raison pour augmenter son salaire. Elle touche déjà bien assez comme ça et puis je lui donne tous mes vieux linges, mes vieux souliers et les vielles affaires des enfants pour ses enfants. C’est déjà beaucoup, non ? Faut pas exagérer, quand même !
J.C A